Régions Est Constantine
 

Université Frères Mentouri (Constantine)

La biologie rencontre l’agriculture

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 09.05.18 | 12h00 Réagissez

La biologie rencontre l’agriculture

Les pesticides sont dangereux, c’est une idée commune, mais la science est dans une posture plus nuancée.

«S’il est avéré que les effets sur l’agriculteur et sur les gens qui habitent à proximité de zones agricoles traitées sont dangereux, nous ne pouvons pas encore déterminer le degré de sa dangerosité sur la santé des consommateurs.

Cela reste problématique !» Ce sont les propos du Dr Nicolas Defarge, membre du conseil scientifique du Criigen (Comité de recherche et d’information indépendant sur le génie génétique). Des déclarations faites à El Watan en marge du Congrès international de l’agriculture et de la biologie qui a eu lieu les 5, 6 et 7 mai à l’université Frères Mentouri, organisée par la Sarl Argonautes en collaboration avec l’université. A travers les différentes interventions, lon apprend que les pesticides polluent l’eau, qu’ils ne disparaissent pas en épluchant les légumes, que les informations de certains sites sont biaisées puisque ces derniers sont financés par les compagnies qui les vendent.

D’après le chercheur rencontré par El Watan, la raison de cette hésitation s’explique par l’absence d’étude qui évalue les effets chroniques (à long terme) de la consommation de faibles doses de pesticides, exception faite de ses travaux qui représentent la première recherche menée sur des rats pour étudier les effets de l’exposition à de faibles doses de Roundup (l’un des herbicides les plus utilisés au monde), durant une période de deux ans. Lors de ce congrès, le Dr Nicolas Defarge a présent les résultats de cette recherche précieuse : «Le résultat démontre chez les rats femelles l’apparition de tumeurs aux mamelles, des problèmes de reins et de foie qui sont les organes de détoxification».

Ces recherches vont dans le sens de celles du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui a classé en 2015 le glyphosate (principe actif du Roundup) comme «cancérogène probable». Le deuxième résultat auquel l’analyse est arrivée est que plus d’une douzaine de pesticides analysés contiennent de l’Arsenic (et des métaux lourds) classé cancérogène avéré pour l’homme par le CIRC. Oui, cette étude est alarmante mais la science ne peut pas conclure avec une seule étude, a déclaré l’intervenant : «C’est aux pouvoirs publics de refaire les études pour qu’on puisse conclure.» La deuxième raison pour laquelle la science n’arrive pas à statuer clairement est qu’à cause du secret industriel, une partie de la formulation des pesticides nest pas dévoilée, ce qui déroge à la fiabilité des résultats, d’autant plus que «ces adjuvants secrets non évalués pourraient être plus toxique que l’ingrédient actif (la formulation déclarée)», a expliqué le Dr Nicolas Defarge.

Et d’ajouter : «Il faut appliquer un facteur de sécurité largement supplémentaire. La science réglementaire, à ne pas vouloir évaluer les formulations qui sont utilisées, commet une grave insuffisance qui pourrait ou qui a, à mon avis, déjà des effets sur notre santé.»
 

Intissar Bendjabellah
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...