Régions Est Constantine
 

Obligation de gardes durant les week-ends et les jours fériés pour les laboratoires privés

L’instruction ministérielle différemment interprétée

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.08.17 | 12h00 Réagissez


Alors que plus de détails sur les modalités de son application sont encore attendus, l’instruction émanant du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, survenue après le décès d’une jeune femme ayant accouché d’un mort-né à Djelfa, le 26 juillet dernier, semble susciter déjà la polémique au sujet de son interprétation au sein des gérants des laboratoires d’analyses médicales privés dans la wilaya de Constantine.

Parmi ces derniers que nous avons interrogés, lors d’une tournée effectuée hier dans certains laboratoires de la ville, on juge que la nouvelle note ministérielle concernant la réquisition du personnel de ce secteur durant les nuits, les week-ends et les jours fériés ne devrait concerner que les médecins et le corps paramédical. Les laboratoires d’analyses médicales privés, selon quelques témoignages recueillis, ne devront en aucune manière faire l’objet de cette instruction. «Jusqu’à l’heure actuelle, nous n’avons rien reçu de la part du ministère de tutelle. Nous attendons toujours un document officiel sur les gardes, afin d’avoir les idées plus claires.

Car, d’après ce qui a été diffusé, il est insensé de réquisitionner le personnel des laboratoires privés pour soigner un malade en cas d’urgence», a déclaré l’un des employés d’un laboratoire situé à la rue Larbi Ben M’hidi. «Certes, notre travail consiste à compléter celui des médecins, mais parfois durant les jours fériés et les week-ends nous ne recevons, au maximum, que trois patients et dont les cas ne sont pas urgents. D’autant plus que plusieurs malades ne viennent récupérer les résultats de leurs analyses que trois jours après les délais», explique-t-il.

Notre interlocuteur a ajouté que le travail mené au sein des laboratoires ne se fait pas dans l’urgence ou la précipitation. Selon ses dires, cette nouvelle réforme concerne les médecins des hôpitaux et des cliniques privées, dont plusieurs sont dotées d’un laboratoire d’analyses médicales, mais sûrement pas les travailleurs des laboratoires privés. Il a jugé qu’il est insensé de priver les employés de leurs journées de repos. Les autres travailleurs de plusieurs laboratoires visités à Constantine étaient unanimes à dire sur un ton ironique : «Dans ce cas, nous réclamons des primes de garde, sachant que ce genre de primes est vu comme une perte et des dépenses superflues pour quelques propriétaires de laboratoires.» La nouvelle instruction, entrée en vigueur depuis le 10 août en cours, consiste à mettre en place un service de garde obligatoire dans le secteur privé.

Cette nouvelle mesure a créé une sorte d’inquiétude chez les employés des laboratoires privés, qui ne se voient pas concernés et attendent impatiemment les détails de cette instruction. Rappelons que la nouvelle mesure stipule : «Les cabinets de consultations et de soins médicaux et dentaires, les laboratoires d’analyses médicales, de radiologie, différents établissements de jour privés (centres de diagnostic, cliniques de chirurgie dentaire, centres d’ophtalmo, d’ORL et de cardiologie ont l’obligation de tenir un service de garde la nuit, les week-ends et les jours fériés.»  
 

Yousra Salem
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie