Régions Est Constantine
 

Fraude au ticket au tramway

L’infraction coûte désormais 200 DA

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.10.17 | 12h00 Réagissez

 
	L’amende à payer pour le bulletin de régulation de voyage (BRV) est passée du simple au double 
	en raison des pratiques frauduleuses qui  connaissent une hausse significative.
L’amende à payer pour le bulletin de régulation de...

Depuis plusieurs jours, les usagers du tramway ont pris connaissance, par le biais d’affichage, que le bulletin de régulation de voyage (BRV) a été revu à la hausse.

Les usagers en infraction qui devaient s’acquitter de 100 DA, ont vu cette amende doubler. Une augmentation de 100% a été décidée par la société d’exploitation des tramways (Setram) et est entrée en vigueur depuis le 2 octobre en cours. C’est une mesure qui concerne l’ensemble des tramways en exploitation, à savoir Alger, Constantine, Oran et Sidi Bel Abbes.

Depuis la mise en service de ce moyen de locomotion, Setram a été confrontée à un problème de fraude au ticket, qui lui a occasionné entre 2016-2017 des pertes estimées à 240  millions DA, selon les chiffres communiqués par l’entreprise. Dans le détail, Alger caracole avec 40%, suivie de loin par Oran 6% et enfin Constantine avec 3%. Dans la capitale de l’Est, la fraude au ticket a été estimée en 2015 à moins de 1%. Deux ans plus tard, elle a triplé. Preuve que le resquillage connait une hausse certaine en dépit des moyens humains mis en place pour le contenir. À l’intérieur des rames, les affiches informant les usagers concernant les nouvelles dispositions en la matière ne semblent pas décourager pour autant les plus téméraires.

Setram qui a toujours avertit ses usagers d’éviter de voyager avec un ticket invalide, non poinçonné ainsi que l’utilisation d’une carte d’abonnement d’une tierce personne, annonce ainsi une nouvelle mesure, celle qui consiste à bloquer les valideurs dés la montée des contrôleurs. Mais ce n’est pas encore dissuasif. Les passagers pris en flagrant délit ne sont nullement gênés pour la plupart. Ils sont de tous âges et des deux sexes. Ils feignent d’avoir oublié pour certains. D’autres iront jusqu’à négocier leur infraction. Et dans tous les cas de figure, rares sont ceux qui reconnaissent leur tort, mais personne n’est toutefois disponible à débourser cinq fois le prix du ticket qui ne coûte que 40 DA. À l’issue, l’usager qui est en infraction choisit, soit de descendre au prochain arrêt, soit de valider son ticket. 

Naïma Djekhar
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...