Régions Est Constantine
 

L’aquaculture dans la région est

Des initiatives timides

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 21.12.17 | 12h00 Réagissez

Malgré le climat méditerranéen qui caractérise l’Est algérien, en particulier la wilaya de Constantine, l’aquaculture demeure l’activité la moins fréquente et la moins convoitée par nos agriculteurs.

C’est lors d’une rencontre entre les spé-cialistes de ce secteur et les agriculteurs, tenue mardi en marge des portes ouvertes sur la promotion de l’investissement dans le domaine de l’aquaculture, que ce sujet a été largement débattu. Les discussions ont touché les opportunités d’investissement en aqua-culture, la pisciculture intégrée à l’agriculture, les potentialités hydriques de la wilaya de Constantine, la crevetticulture et les modalités d’investissement en agriculture et aquaculture. Les agriculteurs à Constantine trouvent encore des difficultés à se lancer dans ce domaine, considéré comme une activité d’avenir et un investissement très rentable.

Ils se méfient de ce type d’élevage, jugé comme une manœuvre à haut risque. «En tant qu’agriculteurs, nous irriguons nos terres à travers le peu de retenues collinaires qui existent au niveau de la wilaya. Et pour se lancer dans l’aquaculture dans ces retenues, il nous faut un certain volume mort d’eau. Ce qui devient insuffisant pour élever les poissons et irriguer les terrains en même temps», a déclaré Abdelkrim Lebssir, agriculteur à Constantine. Et d’ajouter : «Nous avons fait un ensemencement de 7 retenues collinaires auparavant, mais avec la sécheresse enregistrée dernièrement, tous les types de poissons élevés sont morts.

Soit c’est un problème de volume d’eau, ou de nombre de poissons très élevé pour une seule retenue dont la superficie est de 200 ha.» Plusieurs problèmes ont été soulevés par des intervenants concernant la wilaya de Constantine, notamment le manque d’encadrement, la mauvaise gestion et l’organisation des fellahs, les ressources hydriques qui font défaut et le coût d’importation de l’aliment nutritif, qui représente 60% du budget d’investissement. Les spécialistes présents ont tenté de rassurer les agriculteurs en leur affirmant que l’aquaculture aide à augmenter la production agricole de 20%.

Et les résultats, selon eux, étaient très satisfaisants dans les wilayas du Sud. En réponse au problème des ressources hydriques, Leïla Belkadi, assistante du directeur de l’Agence des bassins hydrographiques Constantine-Seybouse-Mellag (ABHCSM) s’est opposée aux dires des agriculteurs. Elle a estimé que Constantine présente par son climat méditerranéen un lieu favorable pour l’aquaculture. En plus, selon elle, la wilaya est dotée de forages assez suffisants pour cette activité, sans oublier que chaque commune est alimentée en eau potable. «Il est nécessaire de souligner aussi que la wilaya est dotée d’un programme d’épuration des eaux usées orientées vers l’irrigation. Ce qui va augmenter les chances des agriculteurs à s’investir dans ce domaine», a-t-elle déclaré

Yousra Salem
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie