Régions Est Biskra
 

Le facteur ne passe plus à Bordj Ben azzouz

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 22.06.17 | 12h00 Réagissez


Depuis le départ à la retraite de leur facteur, les habitants de Bordj Ben Azzouz, village phoenicicole semi-urbain situé à 42 km au sud-est de Biskra, sont dans le mécontentement du fait de la perte de lettres, de la non-réception de convocations, de factures ou d’invitations, de virements en euros bloqués à cause de la disparition de certificats de vie demandés par les caisses d’assurance sociale et de retraite françaises et d’autres aléas dus à l’absence, selon leurs dires, d’un préposé à la distribution du courrier. «Notre facteur était plus qu’un facteur. Il connaissait tout le monde et prenait le temps de discuter et d’aviser les gens sur les communiqués de la municipalité, d’apporter des nouvelles et de lire et d’expliquer le contenu des lettres pour ceux qui le désiraient. Il était une sorte de liant social qui nous manque beaucoup», explique un habitant de cette commune. Dans une lettre, un collectif d’habitants de Bordj Ben Azzouz sollicite une intervention du wali de Biskra afin qu’il interfère auprès de la direction d’Algérie Poste devant nommer un nouveau facteur dans les plus brefs délais, pour que ce village retrouve sa sérénité légendaire, conclut-on.        
 

Hafedh Moussaoui
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...