Régions Est Biskra
 

Fermeture de l’abattoir communal de Biskra

Des bouchers se rebiffent

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 21.06.17 | 12h00 Réagissez

Les protestataires contestent surtout les tarifs pratiqués par la nouvelle structure réalisée par un privé et qui sont jugés exorbitants.

Des dizaines de bouchers se sont rassemblés, hier matin, devant le siège de l’APC de Biskra  pour s’élever contre la fermeture de l’abattoir communal et l’entrée en service d’un nouvel abattoir réalisé par un privé dans la zone d’équipement de la route de Chetma, vers lequel ils sont contraints désormais de se diriger pour procéder à l’abattage des bêtes.

Signifiant leur refus du monopole qui leur serait imposé, tout en se disant favorables aux investissements, ces professionnels du commerce, de la découpe et du transport de la viande ont bloqué la circulation sur l’avenue Emir Abdelkader durant plus d’une heure. «Nous devrions avoir le choix de continuer à travailler avec l’abattoir communal ou de nous adresser au nouveau qui pratique des prix exorbitants, risquant de provoquer une augmentation du prix de la viande.

Les autorités locales concernées ont agi sans aucune concertation avec les professionnels de la boucherie, et on nous impose de nouvelles règles qui ne nous arrangent pas. Nous ne voulons pas être poussés vers des actions plus radicales qui léseraient nos clients et notre activité», a expliqué l’un d’entre eux. A noter que le nouvel abattoir, réalisé pour une enveloppe budgétaire de 500 millions de dinars par un investisseur privé, est doté de toutes les commodités, du matériel nécessaire et d’un personnel qualifié.

D’envergure régionale, il peut suffire à alimenter toute la région Sud-Est en viande. L’abattage des bêtes y est réalisé aux normes légales et selon des méthodes d’hygiène conformes aux prescriptions et rituels musulmans, constate-t-on. A noter que le président de l’APC de Biskra, Azzedine Slimani, a invité les protestataires pour une séance de dialogue.

Il a expliqué les bienfaits de ce nouvel abattoir réunissant toutes les conditions techniques, d’hygiène et de sécurité pour l’ensemble des intervenants de la filière viande et avisé les bouchers en colère que l’ancien abattoir, devenu insalubre et désuet, serait réhabilité par l’APC et remis en service le plus vite possible. Un discours qui semble avoir été entendu par les bouchers, traiteurs et restaurateurs repartis dans le calme, a-t-on constaté.              
 

Hafedh Moussaoui
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...