Régions Est Biskra
 

Biskra : L’Apc veut renflouer ses caisses

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 22.01.18 | 12h00 Réagissez

 
	Siège de l’APC de Biskra
Siège de l’APC de Biskra

50 % des locaux de la commune sont exploités par d’indus occupants et à des prix dérisoires, déplore le maire, Azzedine Slimani.

Pour parer à la diminution drastique des budgets directs de l’Etat alloués aux communes, l’APC de Biskra réfléchit aux meilleurs moyens de renflouer ses caisses en identifiant les sources de financement légales et en diversifiant les revenus afin de garantir une disponibilité de fonds nécessaires à la gestion et au bon fonctionnement de cette institution, a-t-on appris, jeudi dernier, à l’occasion de la Journée nationale des communes, célébrée comme il se doit à Biskra.

A l’issue des délibérations, les membres de l’APC de la Reine des Zibans ont identifié au moins 5 possibles sources de financement et activités pourvoyeuses de revenus. En premier lieu, les élus pensent qu’il est temps que la commune de Biskra récupère les nombreux locaux commerciaux et infrastructures qu’elle loue à des privés depuis des années sans qu’il y ait eu de contrôle des occupants réels et une révision des contrats de location et de jouissance.

«50 % des locaux de la commune sont exploités par d’ indus occupants et à des prix dérisoires. Nous allons assainir le fichier des bénéficiaires et leur proposer de nouveaux contrats conformes aux nouvelles procédures et à la réglementation actuelle. La commune doit se gérer désormais comme une entreprise ayant des recettes et des dépenses, sinon la banqueroute nous attend.

Nous avons élaboré une stratégie demandant la participation de tous pour rationaliser nos dépenses et exploiter toutes les ressources de la commune», a expliqué Azzedine Slimani, président de l’APC de Biskra.

Autres pistes entrevues par l’édile et son conseil pour gonfler les recettes communales, l’exploitation des parkings, la mise en place d’une taxe sur les achats de voitures, payable par le concerné à l’établissement des documents de vente, la levée de la gratuité des documents d’état civil et rendre payant l’utilisation des salles de conférences, d’expositions et de cinéma pour les partis, associations et organisations. Ces mesures à la portée économique évidente et qui peuvent redonner un élan au développement local attendront d’être avalisées par la wilaya pour être lancées, précise-t-on.                                                               
 

Hafedh Moussaoui
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...