Régions Est Biskra
 

Bureau de la LADH de Biskra

A la recherche d’un second souffle

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 01.10.17 | 12h00 Réagissez

 
	La rencontre d’évaluation a permis de tracer un programme de travail pour 2018
La rencontre d’évaluation a permis de tracer un programme de...

Les membres du bureau de Biskra de la Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADH), se sont réunis, jeudi dernier, en présence de Mokhtar Bensaïd, président de cette ONG, afin d’évaluer la portée de leurs actions et se tracer un programme de travail pour la fin de l’année en cours et pour l’année 2018.

Alors que l’on croyait cette ligue de défense et de promotion des droits fondamentaux de l’individu en berne, elle affiche à Biskra un appréciable éventail d’activités et d’interventions pour aider des personnes à faire valoir leurs droits et vulgariser les notions de droits humains auprès de la population et du grand public. En 2016, le bureau de la LADH de Biskra a organisé un séminaire national sur le rapt des enfants. Sa proposition de doter les établissements scolaires de caméras afin d’en surveiller les alentours a été favorablement reçue par Nouria Benghabrit, la ministre de l’Education nationale.

Déjà quelques écoles et lycées en seraient équipés à Biskra, affirme-t-on. Ses membres sont aussi intervenus pour apporter conseils et soutien à des détenus en grève de la faim, protestant contre les repas «maigres et inconsistants» qui leur seraient servis dans les centres de détention. Ils ont pesé sur la direction de l’éducation afin qu’elle réintègre 2 lycéens injustement exclus de leur établissement scolaire à Sidi Okba. Ils ont aussi suivi et porté aide à des dizaines de justiciables se disant victimes de dépassements et de privation de leurs droits. «Nous agissons dans la discrétion, au cas par cas, pour les problèmes épineux.

Toutes les plaintes ne sont pas recevables, mais dès que nous avons une situation où une personne dont les droits sont bafoués preuves à l’appui, nous prenons les devants pour signaler et demander aux autorités compétentes le respect des droits fondamentaux et de la dignité de l’individu en question. Me Mokhtar Bensaïd est lui-même intervenu une fois pour dissuader un jeune de s’immoler devant le siège de la cour de justice de Biskra», a souligné Salahedine Zidane, juriste de formation et responsable du bureau de la LADH de Biskra. Celui-ci envisage de lancer une vaste campagne d’information et de sensibilisation pour inciter les cadres, les enseignants, les commerçants et les artisans de tous bords à adhérer à la LADH, dont c’est le 30e anniversaire de la création et ainsi donner un second souffle à cette organisation.

Pour la Journée internationale des droits de l’Homme, célébrée le 10 décembre de chaque année, lui et son équipe composée d’avocats, de juristes et de professeurs universitaires, travaillent dès à présent pour organiser une manifestation d’envergure nationale à Biskra. A noter que lors de son intervention, Me Bensaïd a demandé aux membres de la LADH de Biskra de poursuivre leurs efforts afin de dynamiser les actions en faveur des droits de l’Homme universellement reconnus. Il a annoncé qu’une grande opération pour créer, refonder et restructurer des représentations de la LADH au niveau de chaque wilaya du pays allait être incessamment lancée et cela en parallèle à des sessions de formation portant sur les notions de la défense des droits humains pour ses cadres, ses militants et ses adhérents encore bien peu nombreux et qui ont vivement besoin de renforcer leurs rangs.
 

Hafedh Moussaoui
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie