Régions Est Actu Est
 

Marchés informels à Tébessa

Vers un coup de pied dans la fourmilière

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 08.02.18 | 12h00 Réagissez

Outre le fait qu’ils échappent à toute imposition fiscale, ces multiples commerces anarchiques ont donné une mauvaise image de la ville.

Un plan d’action a été mis en place par les services de la sûreté de la wilaya de Tébessa en collaboration avec les services du commerce, pour mettre fin aux marchés informels, qui ne cessent de gagner de la place dans le secteur commercial.  La police a procédé au cours de la semaine écoulée à plusieurs opérations pour délocaliser les marchés informels implantés un peu partout dans la ville de Tébessa.
Ce petit secteur marchand qui, outre le fait d’enlaidir la vieille ville, échappe à toute imposition fiscale.

Une première action s’est soldée par l’évacuation des vendeurs de légumes aux alentours du marché et dans certains quartiers, tels que  Bab Zayatine et la rue des Caravanes. Une seconde opération a mis fin aux petits étalages et présentoirs sauvages dressés ici et là tout près de la porte de Salomon et au quartier Chihani Bachir, en plein centre-ville. La campagne se poursuivra et sera généralisée, selon le commissaire de police chargé de l’ordre public, Madani Gattal.

Elle ciblera d’autres quartiers, à titre d’exemple celui de La Remonte, où des commerçants squattent les trottoirs depuis plus d’une décennie, sans être inquiétés, pénalisant les automobilistes et les piétons. Paradoxalement, la commune de Tébessa recèle des centres et des locaux commerciaux, dont la réalisation avait coûté des milliards de dinars à la trésorerie nationale, mais qui sont restés fermés depuis leur réception. Pis encore, ces infrastructures de proximité, inscrites dans différents programmes, ont été transformées  par des jeunes  en lieux de débauche.

C’est ainsi que deux grands centres commerciaux de proximité situés dans les quartiers El Djorf et El Wiam (la Concorde) renfermant une vingtaine  de locaux chacun, se trouvent actuellement dans un état de dégradation et de délabrement avancés. Alors que d’autres, situés au quartier Skanska, ont été  attribués par l’ex-wali à des commerçants qui ne se sont jamais  manifestés.     

Lakehal samir
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...