Régions Est Actu Est
 

Stations thermales à Bordj Bou Arréridj

Une destination touristique en vogue

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.07.17 | 12h00 Réagissez

 
	Des sources qui contribuent au bien-être des curistes
Des sources qui contribuent au bien-être des curistes

Des centaines de visiteurs, des jeunes notamment, débarquent, surtout le week-end, pour dresser une tente ou louer une chambre du chalet, rien que pour profiter des bienfaits des eaux thermales.

Le traitement aux eaux thermales a fait ses preuves. Les bienfaits qu’il peut apporter à l’organisme sont reconnus et la formule n’a eu de cesse de séduire. Il suffit de faire une virée dans l’une des stations thermales pour constater la tendance. Bien qu’elles soient gérées d’une façon archaïque et n’offrant aux visiteurs qu’un minimum de prestations, les deux principales stations thermales de la wilaya de Bordj, à savoir les Bibans, à Mansourah, et Ath Halla, à Djaâfra, sont en passe de devenir une nouvelle destination attractive, du fait qu’elles drainent des milliers de visiteurs affluant de tous bords et à longueur d’année.

Des centaines de visiteurs, des jeunes notamment, débarquent, surtout le week-end, pour dresser une tente ou louer une chambre du chalet, rien que pour profiter des bienfaits des eaux thermales. Et à la tombée de la nuit, place à une ambiance festive autour d’un feu de camp. Tout le monde y trouve son compte : qui pour se détendre et se dégourdir les jambes en s’offrant une randonnée au milieu des sentiers escarpés et verdoyants, qui pour se soigner avec les eaux bénites aux multiples vertus thérapeutiques, en substance dans le traitement des maladies respiratoires, dermatologiques et autres rhumatismales.

Idem pour la station d’Ath Halla, au nord, qui ne désemplit pas de ses visiteurs venus de l’intérieur et de l’extérieur du pays. Et avec la mise en service l’an dernier du pont, long de 200 mètres, à cheval entre les trois wilayas de Bordj, Sétif et Béjaïa, les curistes ont en définitive fini avec les crues dangereuses de l’oued.

L’eau minérale est une eau naturelle d’intérêt thérapeutique, dont l’usage remonte à l’Antiquité. Elle est censée diminuer la toxicité de certains produits de synthèse et est capable de stimuler l’activité des enzymes indispensables au bon fonctionnement des cellules. «Bon nombre de malades ont renoncé à une grande partie du traitement médicamenteux après une cure thermale suivant un schéma de crénothérapie sous le contrôle d’un médecin», nous dit un médecin spécialiste exerçant dans un EPH, qui met en garde, toutefois, contre les méfaits de ce mode de traitement.

«Certes, la cure thermale a ses bienfaits, notamment sur l’arthrose, le rhumatisme, les maladies dermatologiques..., mais chaque eau a sa spécificité de par sa teneur en éléments chimiques qui la composent. D’où la contre-indication de la cure thermale chez certains sujets, notamment les hypertendus, insuffisants cardiaques,cancéreux en phase évolutive». Au-delà des aspects curatif et ludique, les stations thermales sont également un atout économique de taille susceptible de contribuer à l’absorption du chômage en générant de l’emploi.          

M. Allouache
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie