Régions Est Actu Est
 

Défaillances dans l’éclairage public à Souk Ahras

Une autre facette de la mauvaise gestion de la commune

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.11.17 | 12h00 Réagissez

Dans plusieurs quartiers, où des vols par effraction et autres agressions sont enregistrés au quotidien, les riverains vivent la peur au ventre.

Legs d’un long mandat de l’APC, l’absence d’éclairage public dans la majorité des quartiers de la ville de Souk Ahras est encore une fois posée avec acuité par les habitants de la ville, d’abord par rapport au volet sécuritaire, et ensuite pour illustrer un chapitre gravissime de la gestion de la défunte Assemblée communale et qui relèverait, dit-on, de la gestion des deniers publics.

La quasi-totalité des vols par effraction commis de nuit est signalée dans des cités où les lampadaires font défaut, où l’on n’a même pas songé à l’installation d’un réseau. Il en est ainsi des dernières arrestations opérées dans le milieu des délinquants. Les cités Djenene Teffeh, Rebbahi, Diar Ezzrga, Baoulou I, Baoulou II et bien d’autres agglomérations favorisent tous les maux, à commencer par la création de fiefs de débauche et d’agressions.

«Il nous arrive très souvent d’organiser des groupes pour aller vers la mosquée afin d’accomplir la prière d’El Fedjr», a déclaré l’un des fidèles, victime auparavant d’une agression à l’arme blanche perpétrée de nuit. Les accidents dus à ce même phénomène, notamment pour les quartiers en chantier, sont aussi légion à Souk Ahras, tout comme les attaques des chiens errants et plusieurs autres conséquences.

Le choix des lampadaires et accessoires, qui sont d’une qualité reprochable, laisse la porte grande ouverte aux supputations qui rejoignent l’esprit de toutes ces critiques soulevées par des élus et autres fonctionnaires de la commune quant à certaines anomalies constatées dans la conclusion de quelques marchés d’utilité publique.

«Nous sommes dans une phase d’austérité et de rationalisation des dépenses. Cela nous interpelle plus que jamais à œuvrer pour ne point laisser place à l’improvisation et aux achats de complaisance», a critiqué un employé de la commune qui n’a pas manqué de dénoncer des opérations sporadiques et conjoncturelles de l’éclairage public au chef-lieu de la wilaya, qu’il considère comme un coup d’épée dans l’eau et une affaire de prébendes, tout comme plusieurs autres opérations liées à la gestion des affaires de la cité. Les nouveaux locataires de l’Hôtel de Ville auront fort à faire face à ce dossier et d’autres volets où l’écriture (réécriture) comptable des opérations antérieures ne sera pas de tout repos.               

Abderrahmane Djafri
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...