Régions Est Actu Est
 

Aïn Seynour (Souk Ahras)

Une agglomération au centre des convoitises

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.07.17 | 12h00 Réagissez


L’agglomération de Aïn Seynour, située à mi-chemin des communes de Mechroha et Souk Ahras couve sur des potentialités que ses habitants savent énumérer, sans être, pour autant, sûrs de sa sortie du bout du tunnel. Grâce à son liège dont la production dépasse les 3000 q/an avec une augmentation conséquente prévue à moyen terme, son bassin laitier, ses atouts touristiques et son emplacement, elle représente l’une des zones les plus en vue en matière d’investissements. Deux questions qui taraudent les esprits d’observateurs locaux sont encore d’actualité.

A quel prix est exportée cette matière? Dans quelles conditions est-elle commercialisée ? Ses habitants réclament, toutefois, une viabilisation et un aménagement urbain dont elle est privée depuis des décennies. Les entrepreneurs s’arrachent des projets qui montrent, des mois plus tard, toute la banqueroute du système d’octroi des marchés publics. «Nous vivons dans la gadoue en hiver et nous respirons la poussière en été, des déchets ménagers et des matériaux de construction abandonnés à même le sol achèvent le reste», a tonné R.Saïd, un cultivateur. Son voisin enchaînera : «La prolifération des constructions illicites et le nombre impressionnant de baraques sont un phénomène qui bride l’avancée de cette partie prometteuse de la wilaya. La faune et la flore en sont affectées au point que nous constatons chaque année la disparition de certaines espèces à cause de l’urbanisation illégale de la forêt.» La perdrix et le chardonneret ont totalement disparu de la région, au moment où d’autres espèces, à l’instar du lièvre, du renard et de certains reptiles sont en voie de l’être. Le détournement du foncier entamé depuis des années dans le cadre d’un investissement fantoche, et ce, depuis la sortie nord du chef-lieu de la wilaya est déjà aux abords de cette paisible contrée appelée à céder plus de terres devant l’irréversibilité du béton et des projets fictifs à l’origine de la dilapidation de plusieurs hectares.

Abderrahmane Djafri
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...