Régions Est Actu Est
 

Tiraillements à l’apc de Mechroha (Souk Ahras)

Un mandat aux couleurs fades

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 07.11.17 | 12h00 Réagissez


Victime de deux longues années de tiraillements et d’animosités entre élus, la commune de Mechroha a mal géré ce mandat qui tire à sa fin. Les séquelles des hostilités qui étaient, pour rappel, à l’origine de la destitution du P/APC, sont encore ressenties à travers une bonne partie des projets d’utilité publique restés en suspens et d’autres non réalisés. Les 100 logements sociaux locatifs implantés au chef-lieu de la commune et les 100 autres prévus pour la deuxième plus grande agglomération, Aïn Seynour, en pâtissent depuis trois années. Même constat pour un projet d’envergure à Saf El Ouiden, estimé à plus de 194 millions de dinars, non réalisé depuis sept longues années.

«Même si le projet relève d’une autre institution publique, force est de constater que les lacunes enregistrées dans l’aménagement des sites avoisinants, l’amoncellement des immondices et les affaissements dus à l’érosion du sol et autres situations litigieuses avec les constructions illicites impliquent les gestionnaires de la commune», a indiqué une source proche de l’entreprise chargée de ce projet.

A El Mriss, un hameau situé à quelques encablures du chef-lieu de la commune, le problème du désenclavement et celui de l’alimentation en eau potable sont posés avec la même acuité par rapport aux mandats précédents. «Nous entamons quotidiennement une longue marche en quête des sources d’eau pour subvenir à nos besoins», a déclaré le représentant de la famille Bouaïfi. Aïn Seynour, une concentration urbaine de plus de 11 000 âmes, vit au rythme des agressions de l’espace forestier et de la zone d’extension touristique. Ali Selaïmia, habitant de la région et militant associatif, dénonce l’ «avancée du béton au détriment desdits espaces».

Cette avancée a connu son apogée lors du blocage survenu au sein de l’exécutif communal en début de mandat. «Tous ces sites prometteurs et tous ces atouts de la région sont appelés à disparaître au fil des années à cause des constructions illicites et d’une urbanisation effrénée qui ne tient pas compte de ses spécificités», a-t-il ajouté. Un réseau de canalisations d’eaux usées et un aménagement urbain réclamés à cor et à cri par les habitants de cette contrée font, encore une fois, partie des promesses des nouveaux prétendants pour les sièges de l’APC. Concurrence entre tribus, groupes d’influence et chapelles partisanes pour un autre mandat et rebelote.        
 

Abderrahmane Djafri
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...