Régions Est Actu Est
 

Des dizaines de sanctions dans le secteur de la santé à Souk Ahras

Suspension de deux médecins pour abandon de poste et non-assistance aux malades

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 02.11.17 | 12h00 Réagissez

 
	Ces mesures interviennent pour secouer des consciences en panne
Ces mesures interviennent pour secouer des consciences en panne

L’accueil des patients et leur prise en charge dans certaines structures hospitalières demeurent en deçà des résultats escomptés, à cause d’une absence flagrante de discipline que des responsables de seconde zone refusent d’instaurer.

Le centre de lutte contre la toxicomanie, celui du traitement des malades tuberculeux, l’EPSP du chef-lieu, entre autres, font partie, selon une source digne de foi, des structures où le personnel médical fait montre de nonchalance et d’absentéisme.

Selon la même source, des visites inopinées effectuées, avant-hier, par le premier responsable du secteur de la santé à l’échelle de la wilaya ont permis à ce dernier de constater lui-même les comportements négatifs chez certains médecins et autres employés desdites structures.

Des décisions instantanées ont été prises par le directeur de la santé et de la population (DSP) à l’encontre de 42 personnes, dont deux médecins pris en flagrant délit d’abandon de poste. Ces derniers ont été suspendus de leurs fonctions en attendant leur comparution devant un conseil de discipline.

Pas moins de 40 paramédicaux et gestionnaires administratifs ont été destinataires d’autres mesures disciplinaires, à savoir des retenues sur salaire, des mises à pied et des avertissements.

«Au moment où des sommes faramineuses sont investies par l’État dans le but d’améliorer qualitativement la prise en charge des patients dans le secteur public, des médecins, des paramédicaux et des gestionnaires administratifs abandonnent le travail et font peu cas des souffrances de la population locale», a déclaré notre source, qui juge utile le recours aux sanctions, dans la mesure où les consciences sont en panne, ceux concernés par le serment d’Hippocrate compris.

Ces visites inopinées qui s’inscrivent dans le cadre d’un redressement nécessaire pour un secteur névralgique pour le citoyen seront généralisées à travers les polycliniques et les autres EPSP, voire dans le secteur privé, où plusieurs infractions et lacunes ont été relevées.

Abderrahmane Djafri
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...