Régions Est Actu Est
 

Fouilles archéologiques à Khemissa (Souk Ahras)

Sur les traces de Thubursucu Numidarum

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 04.11.17 | 12h00 Réagissez

 
	Le site, qui s’étale sur 65 hectares, n’a pas encore révélé tous ses secrets
Le site, qui s’étale sur 65 hectares, n’a pas encore...

Les vestiges de l’antique cité Thubursucu Numidarum, dans la commune de Khemissa (Souk Ahras), viennent de faire l’objet d’une mission archéologique  dirigée par des chercheurs universitaires avec comme objectifs la valorisation des richesses historiques et la quête de nouveaux indices susceptibles d’enrichir davantage les connaissances sur un site qui s’étale sur 65 hectares et qui n’a pas encore révélé tous ses secrets.

Le docteur Mansouri, chef de cette mission, a déclaré à El Watan que les fouilles entamées depuis quelques jours et qui connaîtront la participation de vingt chercheurs, dont le docteur Filahi, archéologue émérite, entrent dans le cadre d’un accord conclu entre le département de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et celui de la culture. «Nous allons axer nos fouilles sur trois points importants à même d’aider à la reconstitution d’actes, de faits qui remonteraient à cette période de l’histoire, et ce, avec la participation d’une équipe qui est déjà à pied d’œuvre», a-t-elle déclaré.

Les résultats de ces fouilles, qui seront annoncés ultérieurement par les membres de ladite mission concerneront des chapitres manquants de la vie quotidienne et des faits qui auraient marqué l’antique cité. Ville florissante de l’époque romaine pour avoir su profiter de l’abondance des sources d’eau et de ses terres fertiles, elle offrait aussi sécurité et détente aux commerçants de Thevest, Hippone, Madauros et Carthage, si bien qu’elle sera érigée en municipalité sous le règne de Trajan, vers le IIe siècle après Jesus-Christ et ensuite en colonie au IIIe siècle de la même ère.

Ses habitants, des Numides savaient se défendre contre les peuplades belliqueuses, voire les puissantes armées régionales.
La ville fut visitée maintes fois par Saint-Augustin, l’évêque de Thagaste, et le schisme entre Donatistes et Chrétiens ne réussit pas à disséquer le tissu social, comme ce fut le cas dans d’autres cités.

L’antique cité garde intacts son théâtre partiellement achevé, ses allées, ses thermes, ses épitaphes, ses places publiques, ses statues et autres temples et chapelles  partiellement affectés par le temps et les actes de vol et de vandalisme.
 

Abderrahmane Djafri
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...