Régions Est Actu Est
 

Souk Ahras

Quand les poids lourds sèment la terreur

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.11.17 | 12h00 Réagissez


Dénoncés maintes fois par les élus de l’APW et les citoyens, les poids lourds continuent à sévir à Souk Ahras, ville traversée quotidiennement par une moyenne de 500 camions de type Chakman et autres semi-remorques. L’ouverture de plusieurs routes appropriées pour ce genre de véhicules ne semble pas convaincre leurs conducteurs qui usent de tous les moyens pour les contourner. Pour une bonne partie des habitants de la cité Djenene Teffeh, ces engins de la mort qui jettent parfois leur dévolu sur des ruelles de ce quartier résidentiel pour marquer une halte, saccagent dans leur passage trottoirs, chaussées et poteaux électriques.

«En plus du tapage nocturne et des atteintes multiples causées par les poids lourds, nous assistons quotidiennement à la destruction de plusieurs ouvrages publics. Le bruit assourdissant des moteurs, les déchets ferreux abandonnés lors de leur passage et le préjudice causé aux routes ne plaident pas en faveur de ces transporteurs privés», a déclaré un habitant de ladite cité. Sur les routes nationales 16, 80 et 81, c’est une phobie déclarée chez les autres conducteurs de voitures à cause de l’excès de vitesse et du non-respect du code de la route du côté des transporteurs de minerai. Les surcharges de marchandise visibles à l’œil nu sont un autre comportement qui met en péril plusieurs vies humaines. Ces centaines de véhicules qui rendent la circulation routière de moins en moins fluide, exacerbent au même titre les habitants des communes de Zaârouria, Mechroha… et bien d’autres. Pour cette dernière et malgré l’ouverture d’une autre route, ces mêmes véhicules recourent aux raccourcis les moins contrôlés par les services de sécurité et exposent les habitants des hameaux épars à des dangers certains. «Nous nous demandons si ces milliards injectés par l’Etat pour mieux protéger et les conducteurs de ces poids lourds et les habitants des communes traversées par  la RN16 notamment celles du chef-lieu de la wilaya auront servi à minimiser les risques de ces dangers», s’est demandé B. Mohamed-Salah, gérant d’une auto-école. Le transport du minerai, assuré autrefois par les chemins de fer, assurait une meilleure protection pour l’environnement et la sécurité des citoyens.  

Et décès de Younès Samaï, membre de l’APW

Younes Samaï, membre de l’APW de Souk Ahras et militant du FLN  à Souk-Ahras, a rendu l’âme hier, suite à une courte maladie. Selon le cercle familial du défunt, son séjour dans une structure hospitalière de Constantine a été écourté à sa demande, la veille même de son décès.
Âgé de 66 ans, Younès, qui était fils de chahid, était réputé pour sa fidélité à la ligne de son parti durant les moments les plus difficiles, la décennie  noire comprise. Ses mandats passés à l’APC et à l’APW ont été marqués par ses prises de position en faveur des couches les plus vulnérables de la société. Il a été inhumé hier, au milieu d’une grande foule de gens des quatre coins de la wilaya venus l’accompagner à sa dernière demeure.
 

Abderrahmane Djafri
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...