Régions Est Actu Est
 

Pour un fromage bio made in Khenchela

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.12.17 | 12h00 Réagissez

L’Association des femmes algériennes chefs d’entreprise Savoir et vouloir entreprendre (SEVE), en collaboration avec l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi), a organisé avant-hier, au siège de la wilaya de Khenchela, une conférence ayant pour objectif la valorisation des produits du terroir fabriqués par les femmes issues du monde rural.

Pour le démarrage de ce projet, Khenchela a été choisie par le programme de l’Onudi comme wilaya pilote parmi cinq autres wilayas (Tipasa, Laghouat, Batna,  El Tarf et Tizi Ouzou), pour l’amélioration de la production de fromage «Bouhezza», traditionnellement fabriqué à partir de lait cru de vache, de chèvre et de brebis. Plusieurs femmes rurales à Khenchela, activant dans le domaine de la fabrication des fromages, et des étudiantes universitaires, ont été invitées à cette rencontre.

Lors de l’ouverture de la conférence, le wali de Khenchela, Kamel Nouicer, a exprimé sa «volonté de s’engager et de travailler pour valoriser davantage le rôle de la femme dans le développement économique et social dans la wilaya».

Pour sa part, la présidente d’honneur de l’Association, Yasmina Taya, a indiqué que son association, avec cinq autres associations de femmes, sont en partenariat, dans le cadre d’un programme chapeauté par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi), qui vise à l’autonomisation économique des femmes dans la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA). Yasmina Taya, a précisé que «le programme a pour but dans notre pays d’encourager la réalisation des projets à caractère rural, ainsi que la valorisation des produits du terroir et bio, de façon à répondre aux besoins du développement socio-économique du pays».

Soulignant que «le programme aide les femmes à concrétiser de petites entreprises spécialisées dans la fabrication de ce fromage, en particulier dans les milieux ruraux». Comme elle a mentionné que «l’accès au marché local et étranger exige que la production traditionnelle se conforme aux normes commerciales établies, dont l’emballage et l’étiquetage, qui jouent le rôle de support d’information sur le produit en renseignant sur sa composition».
 

Mohamed Taïbi
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...