Régions Est Actu Est
 

Oum El Bouaghi : Restrictions dans l’AEP

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 18.07.17 | 12h00 Réagissez

Conséquemment à la sécheresse qui a sévi durant une partie du printemps et du début de l’été, les réserves d’eau du barrage qui alimente une partie de la wilaya d’Oum El Bouaghi, comme celui de Aïn Dalia, à Souk Ahras, sont au plus bas.

Du coup, les responsables de l’ADE ont limité les lâchers d’eau. Ceux-ci ont été réduits de façon notable. L’eau ne coule dans les robinets qu’une fois par semaine, au lieu de deux. A noter aussi qu’à cause des conduites obsolètes, d’importantes quantités d’eau se déversent dans la nature. Des déperditions qui se répercutent négativement sur la rentabilité de l’organisme gestionnaire.

L’ADE, pour y remédier, consacre un gros budget pour la rénovation des canalisations défectueuses. Pour une meilleure alimentation de la ville de Aïn Beïda, la société a entrepris la construction d’un nouveau château d’eau sur le mont Bouakkouz, au nord de la cité. Ceci en attendant la mise en service des pompes qui alimenteront les villes de Aïn M’lila, Aïn Kercha, Aïn Fakroun et Oum El Bouaghi, et ce, à partir du barrage d’Ourkis, lui-même alimenté par le barrage de Mila. 

L. B.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...