Régions Est Actu Est
 

Aïn Beïda (Oum El Bouaghi)

Nuisances tous azimuts

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 21.01.18 | 12h00 Réagissez

La ville de Aïn Beïda compte parmi les villes qui souffrent le plus de multiples nuisances, tant sonores, atmosphériques que respiratoires. Pour les premières, elles sont générées par des activités artisanales (menuiseries, forgeries, ateliers de mécanique…), lesquelles activités se pratiquent principalement dans les quartiers résidentiels. A celles-là, il faut ajouter les bruits assourdissants des moteurs des véhicules, et les gaz asphyxiants rejetés par les tuyaux d’échappement.

Des habitants se sont plaints des bruits provoqués par les docks silos de la ville, situés près des quartiers résidentiels. Certes, leur construction remonte à la fin du siècle dernier, bien avant l’érection des habitations, mais ce qu’ils occasionnent comme nuisances n’échappe à personne.

«C’est vrai, nos logements sont construits à la périphérie des docks, mais nous sommes en droit de nous demander s’il n’y a pas d’autres alternatives pour réduire le bruit causé par les aérateurs de cet imposant édifice», nous apprend un citoyen habitant un quartier proche de ce site. Beaucoup ont soulevé le cas du centre d’enfûtage de gaz butane, qui, lui aussi, est maintenant enserré entre des lotissements. A un certain moment, il a été question de le transférer dans un autre site, plus approprié, en tout cas loin des îlots d’habitation. Mais vu la conjoncture économique actuelle, il est peu probable qu’il soit délocalisé.

En attendant, une source au fait de cette entreprise, filiale du groupe Sonatrach, nous fait savoir que ce centre est bien sécurisé et donc sans risque pour les riverains.

Un phénomène est né dernièrement et qui est le fait de certains citoyens qui essaient de se débarrasser de leurs ordures en les brûlant, ce qui génère des fumées âcres qui prennent à la gorge tout passant qui se hasarde à traverser les parages. Cette nouvelle forme de pollution serait à même de gêner surtout les personnes souffrant de rhinite ou d’asthme.

Chose qu’a soulignée un spécialiste en phtisiologie. D’autres sources de pollution nous ont été signalées, comme les émanations de peintures synthétiques et les poussières du ciment. Autant dire que notre atmosphère subit de jour en jour la pollution induite par certains produits contenant des résidus que tout le monde respire sans en sentir l’odeur.

Mais à la longue, quelles maladies toute cette pollution provoquerait-elle ? Les associations écologiques, en dépit du peu de moyens dont elles disposent, se battent comme elles peuvent contre ces formes de pollution. L’Association pour le développement durable et écologie militante (ADDEM) est de celles-là. Mais ses efforts ne sont pas toujours couronnés de succès, par exemple son combat pour mettre un terme à l’abattage des arbres de la région de Djazia, arbres qui servent à fabriquer du charbon de bois, lui-même source de pollution.
 

Baâziz Lazhar
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie