Régions Est Actu Est
 

Mila : Le réseau NADA en mission de sensibilisation

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 04.07.17 | 12h00 Réagissez

Le réseau algérien pour la protection de l’enfance NADA a rencontré, hier, les associations et les organismes étatiques impliqués dans la protection de l’enfance des wilayas de Mila, Sétif, Batna et Bordj Bou Arréridj, à la maison de la culture Moubarek El Mili.

Le président de NADA, Abderrahmane Arar, a appelé l’ensemble des acteurs associatifs et étatiques à faire de la prise en charge des enfants victimes des violences une priorité, tout en déplorant le peu d’enthousiasme manifesté par la majorité des associations de la société civile activant dans le champ de l’enfance. Selon M. Arar, les séquelles de la décennie noire doivent être prises en charge de manière professionnelle, tant sur le plan physique que psychologique et culturel.

«Malgré les efforts déployés par les autorités à tous les niveaux, de grands déficits subsistent toujours en matière de thérapie des séquelles héritées de la décennie noire.», notera-t-il. L’intervenant déplore l’absence et l’inefficacité des associations, notamment en ce qui concerne les actions de proximité. «Il existe 100 000 associations accréditées, dont 1300 d’envergure nationale, mais on ne voit presque rien sur le terrain, elles sont inactives pour leur majorité», dira-t-il.

Il souligne dans la foulée que son réseau a recensé pas moins de 2100 enfants en détresse durant les quatre premiers mois de l’année 2017, en faisant remarquer que ceux-ci n’avaient reçu aucune forme d’assistance de la part des associations. Qualifiant le phénomène des enlèvements d’enfants de «défi majeur», le président de NADA appelle à une plus grande implication en matière de sensibilisation et d’explication. «On ne doit pas attendre qu’un enlèvement se produise pour se mobiliser, il faut descendre sur le terrain à l’avance et sensibiliser les gens sur les réflexes à adopter pour déjouer toute tentative d’enlèvement».

Arar impute, par ailleurs, les violences que vit la société actuellement à la décennie noire, en déclarant que NADA est en passe d’élargir son réseau aux 48 wilayas pour participer plus efficacement à la prise en charge des victimes des années du terrorisme. «Dans 5 ans, il y aura 48 réseaux NADA locaux, notre programme sera porté à la base pour plus d’efficacité, car nous ambitionnons de réduire de 40% les violences sociales d’ici l’an 2022», dira-t-il.  

K. Bouabdellah
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie