Régions Est Actu Est
 

Secteur des sports à Oum El Bouaghi

Manque flagrant dans les disciplines collectives

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.11.17 | 12h00 Réagissez

 
	La wilaya dispose de deux piscines semi-olympiques
La wilaya dispose de deux piscines semi-olympiques

Qu’existe-t-il comme disciplines sportives collectives à travers tout le territoire de la wilaya en dehors du football ?

Pratiquement rien, au regard de ce que recèle la région comme infrastructures sportives, promptes à encourager la pratique de nombreuses disciplines, comme le handball, le volley, le basket, etc. Certes, il faut admettre que les infrastructures dont dispose la wilaya souffrent surtout d’un manque d’encadrement constitué de professionnels, comme c’est le cas pour les grands centres urbains, mais la pratique des sports collectifs pouvait se faire avec les moyens du bord, en attendant la création de postes budgétaires et l’octroi de moyens modernes pour susciter l’engouement des jeunes sportifs.

Comme avancé ci-dessus, c’est le sport roi qui accapare presque tout. En 2007, la wilaya a vu la réalisation de deux stades omnisports, le premier au chef-lieu de wilaya, et le second à Aïn Mlila, étant entendu que Aïn Beïda avait le sien depuis les années 70. Il existe déjà à Oum El Bouaghi une piscine semi-olympique qui a coûté à l’Etat la rondelette somme de 132 millions de dinars. La deuxième, implantée à Aïn Beïda, a connu d’immenses retards, pour un problème du terrain d’assiette sur lequel elle est construite.

Pratiquement, toutes les communes moyennes disposent chacune d’un complexe sportif de proximité (CSP), comme c’est le cas de Meskiana, de Aïn Fakroun… Pour le moment seule la ville d’Oum El Bouaghi dispose d’une auberge de jeunesse avec une capacité de 50 lits. Meskiana a vu l’érection d’une autre, mais demeure, faute de cadres, fermée.

Une autre est en voie de réalisation à Aïn Beïda. La wilaya d’Oum El Bouaghi compte plusieurs clubs de football évoluant dans divers championnats, notamment la Ligue 2, où se distinguent l’A.S Aïn Mlila et le CR Aïn Farkroun ; et le championnat national amateur avec l’U.S Chaouia et l’U.S.M Aïn Beïda. Les équipes des autres communes évoluent dans les championnats inférieurs. Sur un autre registre, la wilaya compte une vingtaine de maisons de jeunes, dont certaines sont jugées vétustes et nécessitent une réhabilitation. Le cas le plus significatif est celui de la maison de jeunes «les Résistants» de Aïn Beïda, qui devait être entièrement refaite. C’est ce que nous a fait savoir un ancien responsable du secteur.

Pour l’heure, aucune enveloppe n’a été attribuée pour sa rénovation. Des jeunes aimant et préférant le tennis ne trouvent pas de courts où ils pourraient faire valoir leurs dons et se distinguer, du moins à l’échelle régionale. Les salles omnisports, qui sont au nombre de trois au niveau de la wilaya (Aïn Mlila, Oum El Bouaghi et Aïn Beïda) sont toutes dépourvues de courts de tennis. Reconnaissons néanmoins que des sports individuels sont pratiqués dans ces salles, comme le karaté, le judo… Des salles privées ont ouvert leurs portes aux amateurs de culturisme et de mise en forme.
 

Baâziz Lazhar
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie