Régions Est Actu Est
 

Alors que des mesures sanitaires sont mises en place

Les prix des moutons s’envolent à Bordj Bou Arréridj

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.08.17 | 12h00 Réagissez

 
	Le bélier est très prisé dans cette région où il est cédé au prix fort
Le bélier est très prisé dans cette région...

A l’arrivée de chaque fête de l’Aïd, les opportunistes, parmi les éleveurs et les maquignons, se frottent les mains pour déplumer le citoyen, en augmentant les prix comme bon leur semble.

Des prix qu’ils indexent sur ceux des aliments du bétail, qu’ils jugent «exorbitants», surtout pour cette année caractérisée par la sécheresse. «Les prix du mouton commencent à partir de 20000 dinars, pour des agneaux récemment sevrés, allant jusqu’au meilleur offrant, à la limite de la folie».  Même les prix du caprin se sont envolés, puisque «le kilo est écoulé à 1100 dinars», nous dit un habitant de la région agropastorale du Sud.

Jadis, les points de vente du mouton pullulaient partout, sur les routes, sur les places de village, mais pour tomber sur la perle rare, il fallait se rendre dans les contrées les plus reculées, où les bêtes sont copieusement engraissées, et même dans les villes, qui se transformaient, pour la circonstance, en grande bergerie à ciel ouvert. Pour mettre un terme à cette anarchie, mais aussi pour endiguer la prolifération de certaines maladies, les services vétérinaires de la DSA ont décidé, par arrêté de la wilaya, de l’installation de 23 points de vente dans 17 communes, avec des instructions aux subdivisions sur la traçabilité des bêtes, en vérifiant les certificats sanitaires et les moyens de leur transport.

«Pour une fête sans kyste, est notre slogan. Pour ce faire, nous avons prévu 5 lieux d’immolation et 2 abattoirs, sous le contrôle draconien de nos services, pour nous assurer de l’absence de maladies à déclaration obligatoire, fièvre aphteuse, brucellose et particulièrement les zoonoses, transmissibles à l’homme», nous dit-on aux services vétérinaires de la DSA.

Les mêmes services indiquent, en outre, qu’une permanence vétérinaire sera assurée pendant les deux jours de l’Aïd par 55 vétérinaires, soit 43 fonctionnaires et 12 praticiens privés, en mettant deux lignes téléphoniques à la disposition des citoyens, parallèlement à la mobilisation de plusieurs brigades pour sillonner les communes. En sus de la campagne de sensibilisation au profit des éleveurs et maquignons, les services de la DSA ont également prévu d’autres mesures, telles que l’installation des pédiluves à l’entrée de chaque exploitation, avec l’épandage à la chaux vive aux alentours et l’isolement et le contrôle des nouveaux animaux introduits récemment. Comme pour le Ramadhan, certaines familles n’hésitent pas à casser la tirelire, rien que pour s’offrir le meilleur bélier, répondant aux critères du plus cornu, plus costaud et surtout hyper agressif. Pour certains citoyens, cette dernière qualité de la bête, à savoir l’agressivité, est primordiale pour l’improvisation des concours inter-quartiers, à l’image de certaines tribus amérindiennes qui organisent des combats de coqs. Des combats souvent sanglants, mais qui font le bonheur des petits comme des grands d’ailleurs.  
 

M. Allouache
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie