Régions Est Actu Est
 

Aires de stationnement à Souk Ahras

Les «parkingueurs» font la loi

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 26.09.17 | 12h00 Réagissez

Une autorité parallèle, qui déclare sans ambages qu’elle tire son pouvoir de la municipalité et exhibe des autorisations délivrées par l’APC, mais dont l’authenticité n’est pas vérifiée.

Dans plusieurs cas, des automobilistes se trouvent livrés à leur sort face à des groupes de marginaux, autoproclamés maîtres de la voie publique.

Des agressions, des menaces à l’arme blanche et batailles rangées sont désormais partie prenante du quotidien des habitants des artères du chef-lieu de la wilaya de Souk Ahras. «Ces groupes qui s’adonnent au racket pur et simple au su et au vu de tout le monde ne lésinent aucunement sur les moyens pour corriger tout conducteur qui refuserait de verser une dîme qu’ils fixent à la tête du client. Pour 50 DA, le minimum imposé par la logique du sabre et du gourdin, l’on est sûr de voir ce montant arrondi par un deuxième zéro si le stationnement du véhicule arrive à être prolongé pour une raison ou une autre», a déclaré Salah-Eddine, victime d’une agression.

Au marché à bestiaux, aux cités administratives Gefec et Clair Soleil et à tout endroit susceptible d’attirer des stationnements de véhicules, le décor est le même. Un jeune, à la fois bien habillé et aux vêtements défaits, vous aborde, la pointe d’une lame faussement dissimulée et vous demande son «dû». Trois ou quatre autres individus munis généralement de gourdins, veillent de loin et vous lancent un geste amical une fois l’argent empoché. Bref, une autorité parallèle qui déclare sans ambages qu’elle tire son pouvoir de la municipalité et exhibe des autorisations délivrées par l’APC, mais dont l’authenticité n’est pas vérifiée, d’où l’usurpation d’activité, le faux et l’usage de faux.

A la rue Cheriet Lazhar, l’un des parkingueurs n’a pas manqué d’avouer que ce sont les élus du peuple, notamment les députés, qui font montre de générosité en stationant leurs véhicules. «Au lieu d’un emploi permanent et d’une insertion sociale, ces élus qui font dans le populisme, ceux de l’APC aussi, souhaiteraient transformer toute la population juvénile locale en mendiants ou agresseurs», a rétorqué un jeune à cette déclaration.

Approché par El Watan, un élu de l’APC a tenu à affirmer que les autorisations d’exploitation de ces espaces publics ne sont pas réglementaires et que ce phénomène signalé dans divers endroits de la wilaya n’enchante pas la gestion de la voie publique où se trouvent associés plusieurs partenaires, dont la commune. «L’APC ne peut à aucun moment engager des poursuites judiciaires contre une personne porteuse de documents scannés ou une autre qui s’adonne quotidiennement à la menace des citoyens à l’arme blanche pour soutirer leur argent», a indiqué le même élu.
 

Abderrahmane Djafri
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie