Régions Est Actu Est
 

Le ciné-club ouvre un cycle Marcel Pagnol

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.01.18 | 12h00 Réagissez

Hier, samedi, et pour plusieurs séances hebdomadaires, le Ciné-club de Biskra a ouvert un cycle Marcel Pagnol afin de revisiter ou de découvrir et de discuter des œuvres cinématographiques et littéraires de ce cinéaste, dramaturge et écrivain français, avaient annoncé les initiateurs et organisateurs de cette manifestation culturelle se déroulant, avec le soutien de l’APC, dans une salle de projection du théâtre de plein air de la cité Belayat.

Retraités refusant le défaitisme social, le dépérissement culturel et la stagnation intellectuelle, ceux-ci sont Omar Kheireddine, Hocine Djouamaa, Saïd Hachani, Abdelkader Charif et d’autres compères férus d’art et de culture, dont la compagnie est des plus agréables. C’est qu’ils sont tous des puits de connaissances sur l’histoire de la ville de Biskra et d’une délicieuse truculence. Ils veulent que la notion de culture universelle ne soit pas un vain mot.

Leur ambition est d’attirer les jeunes garçons et filles vers ces projections hebdomadaires de films suivies de débats et de collations pour «cimenter les liens inter-générationnels et propager le savoir, l’art cinématographique et le sens des relations sociales dans les esprits des plus jeunes», expliquent-ils.

Cette séance a été consacrée au film La gloire de mon père, réalisé par Yves Robert et sorti en 1990 d’après le roman éponyme du cycle des Souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol, paru en 1957. Des passages du texte du roman original y sont narrés. Ce film a été nominé quatre fois aux Césars. Il sera suivi par Le Château de ma mère, projeté au cinéma la même année.

Marcel Pagnol, fils d’un instituteur marseillais,  passe ses premières années dans le monde de l’école où il se montre bon élève. Jeune adolescent, durant les grandes vacances de l’été 1904 il découvre les garrigues environnant Marseille, auxquelles il restera attaché toute sa vie.

La vieille bastide louée par la famille devient le centre d’une sorte de paradis peuplé de personnages pittoresques, dont un jeune paysan qui deviendra son ami et l’initiera aux mystères des collines. Né le 28 février 1895 et mort à Paris le 18 avril 1974, Marcel Pagnol devient célèbre avec Marius, pièce représentée au théâtre en 1929. Il fonde à Marseille en 1934 sa propre société de production et ses studios de cinéma et réalise de nombreux films avec les grands acteurs de la période.

En 1946, il est élu à l’Académie française. Le Ciné-club de Biskra lui rend hommage, car ses œuvres sont empreintes d’humanisme et de bonté pour la famille et d’amour pour le pays natal. Les débats qui ont suivi la projection du film se sont surtout focalisés sur ces thèmes chers au cœur des Algériens et des natifs de Biskra, note-t-on.                                                        

H. M.
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...