Régions Est Actu Est
 

Le wali de Souk Ahras rencontre la société civile

La culture, le sport et l’action sociale au menu

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 04.11.17 | 12h00 Réagissez


Al’instar des autres daïras de la wilaya de Souk Ahras, une rencontre du wali avec les représentants de la société civile a été organisée, jeudi après-midi, à la salle Miloud Tahri, pour débattre des problèmes auxquels est confrontée la population du chef-lieu de la wilaya. Si des intervenants ont réussi à soulever objectivement des problèmes de fond, d’autres ont versé dans spéculation, la surenchère et les approches passionnées.

Toufk Djebablia, président d’une association pour enfants handicapés, a dénoncé les défaillances qu’il a constatées au niveau du centre spécialisé de la cité du 26 Avril, où la prise en charge de ces êtres vulnérables laisse à désirer, de plus que ce même centre avait fait l’objet auparavant de plusieurs doléances. L’éclairage public, l’alimentation en eau potable, les défaillances enregistrées dans l’étanchéité des immeubles, l’insalubrité dans quelques cités résidentielles ont également fait l’objet de critiques de la part des représentants des quartiers de la ville. Yacine Khedaïria, enseignant universitaire et militant associatif, a déclaré que la culture se porte mal à Souk Ahras. «Qu’est-ce qui empêcherait le directeur de la culture que je connais seulement par le nom d’ouvrir la porte devant tous les lettrés et les hommes de culture pour que ces derniers puissent s’impliquer dans un processus d’épanouissement global de la société ?», s’est-il demandé.

Il ajoutera que l’un des pionniers de l’écriture et ami de l’actuel ministre de la Culture, en l’occurrence Toufk Selmi, un poète dont la renommée a dépassé les limites des frontières du pays, lutte dans l’anonymat contre la maladie et l’ingratitude des hommes. Mohamed-Laïd Rekeb, qui abondera dans la même ligne, fera savoir que l’art et la culture, qui contribuent souvent dans l’apaisement des esprits rebelles chez les jeunes, sont aussi des créneaux pourvoyeurs de postes d’emploi pour peu que l’on fasse preuve de bonne volonté. La famille sportive a demandé, par le biais du président de l’Académie sportive, la préservation du dernier hectare qui devait servir à la réhabilitation de l’hippodrome de Souk Ahras, dont 7 hectares ont disparu face à l’avancée du béton.

Mohamed Boughanem et Mohamed Mecelti, respectivement représentant du patronat et souscripteur, ont tous deux plaidé en faveur du renforcement et surtout du suivi de la formule du logement promotionnel aidé (LPA) afin d’atténuer un tant soit peu de la pression que connaît le logement social locatif (LSL).

Dans ses réponses aux 38 intervenants, le wali de Souk Ahras a expliqué les grandes lignes de la gestion des affaires locales, à commencer par l’alimentation en eau potable, un chapitre pour lequel il préconise des solutions définitives, en commençant par la diversification des ressources en eau. Le désenclavement et le projet de modernisation des routes, celui d’un axe reliant Souk Ahras à l’autoroute Est-Ouest, font partie des priorités, a-t-il indiqué, pour ensuite mettre en relief la couverture de 25 sur 26 communes en matière de raccordement au réseau du gaz naturel. Le logement avec ses différentes formules, la prise en charge des écoles primaires, l’amélioration du cadre de vie, l’éclairage public, la lutte contre les constructions illicites ont été les autres dossiers qui ont fait l’objet de réponses et/ou d’instructions de la part du premier responsable de l’exécutif.        
 

Abderrahmane Djafri
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...