Régions Est Actu Est
 

Constructions illicites à Souk Ahras

La cité Laghirou prise en otage

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 01.07.17 | 12h00 Réagissez

Le phénomène des constructions illicites trouve sa raison d’être dans son magmatique réseau de complicités, où les lois sont contournées à bon escient et les mesures dissuasives sont dramatisées par des exécutants, qui en sortent, souvent, ragaillardis par rapport aux récalcitrants, et ce, selon une formule gagnant-gagnant.

Une agglomération conçue pour abriter des logements promotionnels et autres à caractère social et participatif a été totalement défigurée par l’illicite, devenu à Souk Ahras un mode d’emploi pour tirer des dividendes à partir d’une confusion et une anarchie programmées. Situé au piémont d’une ancienne colline, aujourd’hui grignotée par le béton, ce lieu appelé communément Laghirou, est pris en otage par les constructeurs illicites et l’on est déjà à un nombre impressionnant d’infractions dénoncées par les habitants de cette cité, dont B. Salah.

Ce dernier a déclaré à El Watan ceci : «Chaque jour que Dieu fait, des espaces publics sont annexés, transformés et défigurés par des personnes malintentionnées, avec des complicités certaines du côté des parties à qui incombe le rôle de préserver les biens de l’Etat. Les espaces verts étant depuis belle lurette sacrifiés sur l’autel de l’affairisme.» Il a invité le journal à constater de visu des escaliers, des couloirs d’aération, des ruelles et des chaussées squattés par des constructeurs illicites, qui ont transformé la cité en bidonville.

L’un des voisins de notre interlocuteur ajoutera, à ce sujet, qu’une majorité de souscripteurs et autres habitants de cette agglomération ont déjà quitté ces lieux à cause de cet avenir incertain. «Au bout de quelques années, l’enchevêtrement des constructions improvisées rendront impossible l’accès aux immeubles et les quelques espaces extensibles crouleront sous le poids du laisser-aller programmé», a-t-il averti. Sur la longue liste des personnes en infraction, force est de constater l’existence de quelques noms de personnes censées faire partie d’une caste respectueuse des lois.                                 

Abderrahmane Djafri
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...