Régions Est Actu Est
 

Grogne des habitants de la cité Zedira À Souk Ahras

L’arnaque à grande échelle

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.10.17 | 12h00 Réagissez

Ils reviennent à la charge et tentent de tirer la sonnette d’alarme avant que l’irréparable ne se produise.

Depuis la première attribution, l’année 2014, les habitants de la cité Zedira Ali Ben Brahim ne cessent de dénoncer l’arnaque dont ils ont été victimes s’agissant des anomalies et malfaçons dans les immeubles. La cité des 700 Logements, qui se distingue des autres par l’existence de deux blocs inclinés et autres totalement sclérosés, a fait l’objet auparavant de doléances écrites adressées aux différents responsables.

Ses habitants reviennent à la charge et tentent de tirer la sonnette d’alarme avant que l’irréparable ne soit au rendez-vous. «Les menaces d’un effondrement des immeubles sont présentes et l’on est sûrs que ces murs fissurés et ces façades qui s’effritent au quotidien ne pourront plus résister longtemps», a mis en garde B. Selim, un locataire de cette même cité où le carrelage est flottant, les sanitaires ne répondent guère aux normes et où toutes les conduites s’enchevêtrent dans les caves et les colonnes montantes des bâtisses.

Les cités des 456 et 460 Logements ne sont pas mieux loties et ce sont les anomalies citées plus haut qui viennent se greffer au manque d’éclairage, à l’insalubrité des lieux, à l’aménagement qui laisse à désirer et à une viabilisation qui résume tout l’affront fait à ces résidents de ce quartier appelé à accueillir les visiteurs du chef-lieu en provenance de la partie nord de la région.

M.Kamel, l’un des représentants du quartier estime que les responsables du secteur de l’habitat accusent un déficit en matière de contrôle technique, d’où des situations inextricables par rapport à des entrepreneurs et des bureaux d’études qui reçoivent l’aval des techniciens pour procéder de la sorte.

«Nous n’avons pas besoin de prouver l’existence d’un ciment frelaté quand nous pouvons constater de visu une ferraille saillant depuis les assises de l’immeuble ou quand les infiltrations des eaux font des leurs à cause d’une étanchéité réalisée dans la précipitation et sans choix aucun pour les entreprises qualifiées», a-t-il fustigé.

La cité Zedira Ali Ben Brahim porte les traces d’une arnaque condamnable sans appel et ce sont les immeubles eux-mêmes qui en sont témoins. Reste à savoir si les habitants qui appréhendent le danger des effondrements et autres incidents majeurs sont capables de faire preuve de patience après tant d’années d’usure de la part de l’OPGI et de la direction du logement de Souk Ahras.                                         
 

Abderrahmane Djafri
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie