Régions Est Actu Est
 

Hocine Necib à Khenchela : Retour sur une visite encombrante

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.12.17 | 12h00 Réagissez

Les citoyens de M’toussa demandent la restitution des 300 hectares octroyés en 2014 au fils et au frère du ministre, pour des investissements non réalisés à ce jour.

De retour à Khenchela au cours de la semaine écoulée, pour une visite d’inspection de son secteur, le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, Hocine Necib, misait sur le temps, peut-être, pour se faire oublier par les Khenchelis, surtout qu’il a été impliqué dans un «scandale de foncier», du temps du gouvernement Sellal.

Les citoyens de M’toussa, commune située au nord du chef-lieu de wilaya, demandent la restitution du foncier agricole, dont ont bénéficié le fils et le frère du ministre et certains privilégiés sur le territoire de leur commune, et dont la superficie est de 300 hectares, pour des investissements qui n’ont pas été réalisés à ce jour, alors que la législation foncière algérienne considère que «la non-exploitation effective des terres agricoles constitue, en raison de leur importance économique et de leur fonction sociale, un abus de droit».

Ce principe impose à tous «les exploitants, quelle que soit la nature juridique de la terre, d’exploiter celle-ci d’une manière continue, rationnelle et optimale». Aussi, la loi exige qu’une «mise en demeure des exploitants n’ayant pas encore exploité les terres attribuées à l’effet de se conformer aux dispositions législatives en vigueur dans un délai de six (6) mois faute de quoi, ils se verront retirer les terres attribuées».

Les villageois, qui ont sollicité El Watan pour exprimer leur mécontentement, ont ainsi vivement interpellé le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, pour qu’il intervienne, en lui rappelant sa promesse de «récupérer les terres agricoles non exploitées pour les attribuer à des investisseurs sérieux».

Nos interlocuteurs ont donné l’exemple des terres pastorales d’Oum Elhdoum, à M’toussa, qui ont été octroyées depuis 2014 a des «privilégiés», et qui sont restées depuis inexploitées, alors que des petits agriculteurs de la commune qui les exploitent depuis 19 ans «sont exclus de toute régularisation».

Ces paysans ont fait parvenir des contestations écrites aux autorités locales et aux services de sécurité, face au déni dont ils sont victimes, où ils rappellent qu’ils exploitent ces terres depuis 1998. «Nous y avons foré des puits artésiens et construit des maisons que nous occupons, mais l’administration nous a privés de notre droit aux actes de concession, surtout que le pastoralisme constitue la principale activité et source de vie pour nous», ont-ils expliqué.

Le ministre appelé à rendre le «cadeau»

Dans le même contexte, l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC), a lancé un appel, auparavant, au ministre Hocine Necib, afin qu’il rende des «cadeaux non protocolaires», qui lui ont été offerts par les autorités locales de Khenchela, lors d’une «visite de terrain» effectuée dans la wilaya de Khenchela en 2014. A l’occasion de cette visite, le ministre a obtenu deux actes de concession pour ses proches, le jour même d’une visite officielle à une wilaya  très «assoiffée».
 

Mohamed Taïbi
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...