Régions Est Actu Est
 

El Tarf : Le wali déclare la guerre à la saleté

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 21.09.17 | 12h00 Réagissez

Achaque conseil de wilaya qui se tient une fois par semaine, Mohamed Belkateb, wali d’El Tarf, en poste depuis un mois et demi, demande à ce qu’on lui fasse le point sur la campagne de nettoiement qu’il a lancée dès son arrivée, en commençant par la ville phare d’El Kala.

Depuis, chaque samedi, de grandes opérations de «volontariat», appelées ainsi, bien qu’il n’y ait aucun volontaire, sont menées dans les communes de la wilaya. Beaucoup de moyens ont été engagés, en hommes et en matériel. Ceux des services de l’environnement, tavaux publics, l’urbanisme, ressources en eau, l’Algérienne des eaux, etc.

Les APC interviennent en fonction de leurs moyens, alors que les services de la wilaya s’occupent de ce qu’ils ont appelé «les grands points noirs et les axes routiers». Il n’y a rien de nouveau dans le combat du wali d’El Tarf. Des opérations de ce genre, il y en a eu treize à la douzaine, et les choses sont revenues inexorablement au point de départ.

La recette du wali est de jeter dans la bataille les responsables, élus rémunérés et les personnels sous-employés des communes, en exigeant de la rentabilité. Les associations seraient mises à contribution pour sensibiliser les citoyens. La commune la plus propre sera récompensée par une enveloppe de 50 millions de dinars et une Omra (petit pèlerinage) pour le président de l’APC.

Il a également demandé au directeur de l’éducation d’envoyer les inspecteurs dans les classes pour demander aux enfants de ne plus jeter la poubelle à la place des parents. Il est vrai que c’est avant tout un problème d’éducation, des grands et des petits, mais il y a peu de chances d’amener de la sorte le citoyen à apprendre aussi rapidement à mettre les déchets dans une poubelle individuelle puis collective qui sera collectée à des heures précises par un service de la voirie professionnel, exemplaire.

Trois conditions fondamentales pour la propreté : acquérir le geste de ne rien jeter en dehors d’une poubelle, une collecte avec des professionnels, et veiller ensuite à appliquer les règles en tapant fort et sans distinction dans les poches des récalcitrants. A la fin du mois d’août, au bout de 15 jours de travail, 1000 tonnes de déchets ménagers et de remblais ont été ramassées à El Kala. Depuis, cette campagne a enlevé 280 tonnes à Sidi Kassi, 280 tonnes au chef-lieu El Tarf, et 870 tonnes à Drean.

Les précédents walis avaient aussi déclaré la guerre à la saleté en engageant des actions multiples pour la salubrité des lieux publics. Ils pensaient certainement qu’il suffisait d’éloigner de la vue les déchets et les décharges disséminées un peu partout. Nul n’a vraiment engagé d’action sensée, qui agirait à long terme sur le comportement des gens. Le wali va distribuer 1000 bacs à ordures aux communes. Gageons qu’on leur réservera le même sort que leurs nombreux prédécesseurs.                                         
 

Slim Sadki
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie