Régions Est Actu Est
 

Centre universitaire de Mila

Des défaillances tous azimuts

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.10.17 | 12h00 Réagissez

Les étudiants sont régulièrement confrontés à des situations abracadabrantes, pénalisantes, qui se reproduisent deux à trois fois par semaine, soit à chaque TP.

Les étudiants en maths et informatique sont confrontés à des situations pour le moins décourageantes au sein de l’établissement. Les labos du département ne rendent pratiquement aucun service aux élèves, car la majorité des ordinateurs sur lesquels ils travaillent ne fonctionnent pas. Pour les rares computers qui «marchent», il n’est pas toujours possible d’en tirer profit, car ou bien ils n’ouvrent pas certains logiciels informatiques utilisés par les étudiants, ou bien ils n’en sont pas dotés tout simplement.

Aussi les étudiants sont-ils régulièrement confrontés à des situations abracadabrantes, pénalisantes, qui se reproduisent deux à trois fois par semaine, soit à chaque TP. Ceux-ci sont contraints, à chaque séance de travaux pratiques, de ramener leurs propres PC pour les utiliser au labo du département.

Pour ceux qui n’en ont pas, ils doivent faire contre mauvaise fortune bon cœur et se mettre par groupe de trois ou quatre autour d’un seul poste! «On ne profite pas des TP. A plusieurs autour d’un ordinateur, c’est pas sérieux. L’étudiant qui prend le clavier impose aux autres sa façon de faire. La plupart du temps, ces séances, ô combien indispensables, finissent par tourner aux bavardages», regrettent des étudiants approchés ce dimanche, lors d’un sit-in de protestation observé dans le département.

Les enseignants qui assurent les TP ne sont pas moins désemparés. Ils ont beau alerter, depuis l’année passée, sur cette catastrophique situation, en demandant à plusieurs reprises la réparation des unités défaillantes, leurs appels sont restés lettre morte. Impuissants, ils assistent, à chaque fois, au désarroi, voire à la déroute, de leurs élèves devant des épaves d’ordinateurs, sans pouvoir les aider. «La politique gouvernementale de restriction budgétaire fait d’importants dégâts dans le département», dira un enseignant. Mais les problèmes des étudiants de ce département ne  s’arrêtent pas là.

Les TD, distribués sur polycopies dans les universités qui se respectent, sont zoomés au téléphone au centre universitaire… Abdelhafid Boussouf. «A cause de la panne des appareils de tirage du département, l’enseignant ramène un seul exemplaire du cours de TD et nous demande de le photographier, à tour de rôle, au téléphone. Et nous travaillons les contenus sur les écrans de nos smartphones», nous explique-t-on.

Triste réalité ! Imaginons un peu toutes les peines qu’éprouveraient les pauvres étudiants pendant la manipulation de leurs appareils téléphoniques pour agrandir certains passages, ou revenir à la ligne, ou retrouver le support lorsqu’il leur arrive de le perdre suite à une manipulation erronée du digital. Imaginons le malaise de ceux qui ont des troubles de la vision. Que ferait un hypermétrope, lui qui ne distingue pas nettement les choses rapprochées, pour lire des signes de la taille de ceux d’un écran de téléphone ?                           

Kamel Beniaiche
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...