Régions Est Actu Est
 

Tébessa

Constat amer du nouveau wali

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.11.17 | 12h00 Réagissez

 
	Le wali lors de l’une de ses sorties sur le terrain
Le wali lors de l’une de ses sorties sur le terrain

Installé, il y a quatre mois, le nouveau chef de l’exécutif, Moulati Attallah, sort de sa réserve et affiche clairement son mécontentement et sa colère contre l’exécutif et les élus locaux.

Quatre mois, selon une source proche de son cabinet, étaient une période d’observation et d’évaluation par rapport au rythme du développement de la wilaya. S’il a été satisfait de l’aménagement et de la restauration des espaces verts aux alentours de la muraille byzantine, il ne l’était pas de la léthargie qui règne au niveau des grands chantiers et du paysage amer et désolant de la plupart des quartiers du chef-lieu. Lors de sa récente visite effectuée la semaine dernière dans certains quartiers pour communiquer directement avec les riverains, son constat était sans appel.

Une visite qui avait élucidé beaucoup de flou en matière de développement : eau potable, état des routes, déchets ménagers, aménagement des cités et autres.
La place Carnot, fraîchement réceptionnée après plusieurs années de travaux de réhabilitation, de surcroît vitrine de la ville, se trouve de nouveau abandonnée, tellement le trafic routier a repris en force, alors qu’elle est supposée être piétonnière. Cette cour a également été envahie par les commerçants ambulants qui squattent partout au vu et au su de tout le monde. Pire encore, les précipitations qui se sont abattues récemment ont mis à nu les carences des travaux effectués avec l’absence des avaloirs. L’allée des Mozabites actuellement fermée pour des travaux d’aménagement est devenue infréquentable à cause des vendeurs à la sauvette. Le marché des fruits et légumes, un véritable patrimoine de la période coloniale, se trouve dans un état lamentable et vit une situation anarchique, même s’il est situé non loin du siège de la sûreté de wilaya.

Un lieu réputé pour les vols et bagarres au quotidien face à seulement deux agents de la voirie, dépassés par les événements. Lors des sorties qu’il a effectuées, le chef de l’exécutif n’a pas du tout apprécié l’arrêt de certains projets, comme celui de la réhabilitation des jardins publics et les couvertures des espaces en terre par le gazon naturel. Il a déploré également les tonnes de déchets ménagers abandonnés et éparpillés dans les différentes artères de la ville. La dégradation des routes n’a pas échappé également au regard du wali, qui avait ordonné la prise en charge et le colmatage des multiples nids-de-poule.

Les aires de jeux de proximité ont fait l’objet de débats en raison d’un énorme projet à l’arrêt depuis le départ de l’ex-wali, Ali Bouguerra. Un autre projet, source de mécontentement, est celui de la construction de 25 terrains de proximité au niveau du chef-lieu et leur couverture avec du gazon synthétique.

Quatre terrains uniquement ont été réalisés, le sort du reste des terrains est inconnu. Et au premier responsable de la wilaya de demander des explications. Les aménagements programmés pour certains quartiers du chef-lieu, à l’exemple des cités 100 et 40 Logements de la cité Skanska, quartier Ezzouhour, route de Bekaria et la rocade font partie du passé, tellement leur dégradation avance à un rythme accéléré. Un grand problème, et pas des moindres, demeure sans solution, celui des inondations qui frappent la ville à chaque fois qu’il y a des chutes de pluie.

En dépit des sommes colossales investies pour élaborer un plan d’assainissement pour protéger la ville des eaux pluviales, le constat est le même : des dégâts matériels énormes enregistrés, comme ce fut le cas lors des dernières pluies qui se sont abattues sur la région, en septembre dernier. Les habitants des quartiers comme El Merja, Zaouia, la route stratégique, la Remonte et l’Aqueduc, attendent impatiemment un geste de la part du nouveau wali pour améliorer leur cadre de vie. Eux qui souffrent de l’absence d’éclairage public, des ruelles non goudronnées et de l’insécurité.

Lakehal samir
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie