Régions Est Actu Est
 

APW de Guelma

Cinq années et pas de bilan

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 21.10.17 | 12h00 Réagissez

La troisième et dernière session de l’assemblée populaire de wilaya de Guelma a eu lieu jeudi dernier, après un mandat de cinq années passées dans cet organe de contrôle et de propositions.

 Une ultime session, puisque le corps électoral est convoqué pour le 23 novembre prochain pour les élections locales. «Nous vous demandons pardon si nous nous nous sommes trompés dans nos jugements ou dans la façon d’aborder les dossiers avec les directeurs de l’exécutif», tel a été  le mea culpa, pour le moins que l’on puisse dire «surréaliste», fait par certains élus, à l’adresse des directeurs de l’exécutif, qui ont souhaité s’exprimer juste avant la clôture de cette séance. Mais contre toute attente, aucun bilan des cinq années de mandat n’a été rédigé et soumis à l’assistance. Vraisemblablement «l’autoévaluation» ne figure pas dans le jargon des élus, et encore moins «comme une obligation en fin de mandat», tiennent à souligner des observateurs. Ceci étant, à l’entame de cette session, l’investissement et l’aménagement des zones industrielles (Z.I) et d’activités commerciales (ZAC) dans la wilaya, a été le dossier névralgique débattu.

Et comme d’habitude, les élus et les directeurs concernés se sont contentés de discuter l’aspect assainissement. Un assainissement général, puisque de nombreux faux investisseurs, en quête d’assiettes foncières, ont décroché leurs titres de propriété depuis bien longtemps. Des terrains résolument nus détenus par des «arnaqueurs» indélogeables, notamment dans les ZAC et ZI de la wilaya. Et d’autre part, l’aménagement desdites ZI et ZAC trainant en longueur entrave le lancement des projets. En somme «un cercle vicieux dans lequel s’enlisent les autorités», comme le dira un élu. Pour parer à la médiocrité et à la mauvaise volonté de l’exécutif, tous secteurs confondus, la wali de Guelma, Fatma Zohra Raïs, ne manqua pas de préciser : «Déjà 50% des directeurs sont partis de Guelma et beaucoup suivront». En clair, la wali de Guelma est prête à donner  de grands coups de balais, lorsqu’il s’agit de directeurs défaillants. 

Karim Dadci
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie