Régions Est Actu Est
 

Aïn Beïda (Oum El Bouaghi)

Ce que la population attend de ses élus

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 26.12.17 | 12h00 Réagissez

La nouvelle Assemblée populaire communale de Aïn Beïda aura du pain sur la planche au vu de la kyrielle de problèmes à résoudre.

Les anciennes assemblées, toutes celles qui se sont succédé à la tête de la commune, n’ont pu relever le défi et améliorer le quotidien des citoyens, notamment en endiguant le phénomène de la prolifération des décharges publiques.

Celle qui vient de remettre le tablier a laissé un goût non seulement d’entreprise inachevée, mais a légué une situation pour le moins déroutante, en ce sens que la dernière attribution de lots de terrains à bâtir, entrant dans le cadre du programme des Hauts-Plateaux, s’est faite au détriment d’un grand nombre de personnes vraiment dans le besoin. Il a fallu que le wali désigne une nouvelle commission d’attribution pour que s’apaise la colère qui a gagné la rue.

Le challenge qui attend la présente assemblée n’est pas des moindres, et le nouveau maire en sait quelque chose. Lui qui a déjà été membre de l’Assemblée d’avant 2012. Ayant occupé le poste de directeur d’école, Zine Tiab se dit prêt à écouter les doléances de la population et surtout celles émanant de représentants de la société civile,  en somme des présidents des associations socio-caritatives de la ville.

Parmi elles, il y en a une qui élève la voix pour se faire entendre. D’ores et déjà, cette association dénommée Forum de la daïra de Aïn Beïda, a adressé une requête à l’APC contenant des suggestions promptes à remédier à toutes les déficiences dont souffre la cité. Il n’y a pas que la prolifération des ordures qui enlaidit l’aspect de la ville, mais beaucoup d’insuffisances retardent le développement et portent un sérieux coup au cadre de vie du citoyen.

On citera le manque d’éclairage public, le mauvais état des chaussées, l’absence d’un vrai plan de circulation au vu de la croissance du parc automobile, le rajeunissement du parc arboricole, la réhabilitation des espaces et des places publics. D’un autre côté, la présente Assemblée se doit de remédier aux dégradations qui ont ciblé moult lieux communs, à l’instar des plaques indiquant les directions vandalisées et de l’absence de vespasiennes.

Aïn Beïda, dont le nombre d’habitants est de loin le plus important dans la wilaya d’Oum El Bouaghi, n’a bénéficié que de petits projets, alors que la ville est en perpétuelle expansion. On continue à construire de petites administrations, tandis que la cité occupe plus de 17 km2. La gare routière, qui est opérationnelle depuis deux années, s’avère trop exiguë pour répondre à la demande.

A rappeler aussi que des projets lancés en 2007 ne sont pas encore livrés, comme l’Institut paramédical, la piscine semi-olympique et le centre culturel islamique. Le marché couvert, qui a fait le bonheur de la population durant le siècle dernier, est maintenant fermé, ce qui pousse les marchands des quatre saisons à squatter les rues et les trottoirs du centre-ville. Une situation qui prive les passants de l’usage des trottoirs.                                                        

Baâziz Lazhar
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...