Régions Est Actu Est
 

Conférence sur le vieux Mila

Beaucoup d’ouvrages ont disparu du paysage de la ville

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 12.05.18 | 12h00 Réagissez

C’est un constat alarmant que fait Mme Moukrani, directrice du musée El Bahri d’Alger, au sujet de la vieille ville de Mila.

L’archéologue, qui participait jeudi dernier à une conférence scientifique sur l’antique cité à la bibliothèque municipale, se désole de la dégradation que subit cette vieille ville et de la disparition de nombreux ouvrages historiques de son espace. L’intervenante, qui a présenté une communication intitulée «Les portes du Vieux Mila», indique que des patios, des colonnes, des points d’eau et même des édifices entiers ont disparu de la ville.

S’appuyant sur des cartes anciennes, la conférencière mettra en exergue les différents monuments qui font l’objet de dégradations en lançant un appel aux amis de la ville et aux autorités afin qu’ils interviennent pour mettre le holà à ce phénomène. «Il faut agir dans l’immédiat, il y a péril en demeure, car le phénomène de dégradation de la ville s’accélère». Dans ce sens, elle fera savoir que des ruelles comme celles de Sidi Saâdoun, d’El Markez, ainsi que des arcades et des patios de maisons sont sérieusement menacés de disparition au regard de l’état d’abandon où ils se trouvent actuellement.

La conférencière fera, par ailleurs, un tour d’horizon des monuments qui se sont complètement effacés du paysage de la cité, en citant Djamaâ El Hamsala, Djemaâ Arrahmane et Aïn Zruqya. A propos de Djemaâ El Hamsala, l’oratrice affirme : «Cette mosquée était devenue la plus importante de la ville de Mila après la transformation, par les Français, de la mosquée principale de la ville en hôpital». Organisée par l’association Les amis du Vieux Mila, la conférence a connu également la participation de Amel Soltani, directrice du Musée national Cirta de Constantine et de Ramdane Aibeche, professeur à l’université de Constantine. Mme Soltani a consacré sa communication à l’histoire de la collection du musée qu’elle dirige. Le Dr Aibeche s’est intéressé aux différents itinéraires empruntés par les conquérants arabes en Numidie. 

K. Bouabdellah
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...