Régions Est Actu Est
 

Visite de l’ambassadeur du Bénin à Bordj Bou Arréridj

Appel aux autorités algériennes pour faciliter les formalités de transit des Béninois

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 02.11.17 | 12h00 Réagissez

Son Excellence Orou Gabé Orou Sego, ambassadeur  du Bénin, a été avant hier l’invité du groupe Benhamadi dans la zone industrielle dans une visite guidée pour les différentes unités d’électroménagers du label Condor.

Lors d’un point de presse, l’ambassadeur n’a pas caché sa satisfaction du produit et de sa qualité répondant aux normes. «J’ai constaté de visu et contrairement à ce que j’entendais çà et là,que tous les produits électroménagers qui portent la marque Condor sont fabriqués ici à Bordj, étape par étape. Donc, il ne s’agit point de montage et d’assemblage des différentes pièces importées», estime-t-il.

Pour lui, l’ère des relations fraternelles est révolue. «Il est temps d’ajouter à cette fraternité une coopération économique dans tous les domaines. D’ailleurs, économiquement parlant, c’est une opportunité pour nous d’acheter un produit algérien au lieu d’aller le chercher d’Europe ou d’Asie», poursuit-il, en faisant savoir que le Bénin, qui compte 10 millions d’habitants, s’ouvre au monde en adoptant une politique souple. «La politique de mon pays exhorte tous ses ambassadeurs, chacun là où il est, à faire les VRP entre leur pays et le pays d’accueil. Ce à quoi je vais m’atteler dès maintenant, sachant que je ne suis ambassadeur en poste en Algérie que depuis décembre 2016», dira-t-il.

Bien qu’il soit pauvre en énergie fossile, et même solaire, du fait que c’est un pays tropical, le Bénin dispose d’un atout de taille, celui qui l’intègre dans la zone franche donnant un accès libre au Nigeria voisin avec ses 200 millions d’habitants. «Un marché important qui nous permettra de renforcer nos relations économiques avec les deux pays sans encombre», suggère le représentant du groupe.

Une proposition que M. Orou a saisie sur le vif pour lancer le début des échanges commerciaux, qui, jusque-là, sont inexistants. «Notre pays est vierge. Il a besoin de toutes sortes d’aides, dans les domaines agricole, éducatif, de la santé, des BTP... nous avons la stabilité politique et nous avons moins de taxes sur les transactions douanières, sous peine de faire fuir d’éventuels investisseurs. En fait, une commission économique mixte algéro-béninoise a été installée en attendant de la mettre en œuvre», fait-il savoir. En conclusion, M. Benhamadi a tenu à lancer un appel aux autorités algériennes, les priant «à travers la presse» de faciliter la tâche aux citoyens béninois pour l’obtention d’un visa.

«Le citoyen béninois doit faire 800 kilomètres, jusqu’à l’ambassade d’Algérie au Nigeria à Abuja pour l’obtention d’un visa. Alors que le Bénin n’exige pas ce titre aux Algériens. Donc, ne serait-ce que par respect du principe de réciprocité, je lance un appel aux autorités de mon pays de faciliter les formalités de transit aux citoyens de ce pays ami, si on veut vraiment booster et diversifier notre économie avec les pays d’Afrique. D’ailleurs, en gage de bonne volonté, j’ai invité une quinzaine de jeunes Béninois pour un stage de formation professionnelle dans nos différentes unités de production, avec une prise en charge totale», dira-t-il.

Allouache M.
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...