Régions Centre Tipaza
 

Tipasa : Débat philosophique pour libérer la pensée créative dans la vie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.04.18 | 12h00 Réagissez


Marie-Laure Dupin et Danièle Dupin, respectivement ex-enseignante coordinatrice au ministère français des Affaires étrangères et expert international auprès de la Commission européenne, invitées par l’AAEP (Association algérienne des études philosophiques) pour animer des ateliers à Ghardaïa, Laghouat et Bou Sâada s’étaient rendues à Tipasa pour clore leur mission.

«La pensée créative dans la vie», tel était le thème des interventions des animateurs du regroupement qui avait eu lieu le jeudi dernier au centre de la Munatec de Tipasa.  Docteur-Chercheure, Malika Bendouda, enseignante à l’université d’Alger et au Centre universitaire de Tipasa, présidente du bureau de l’AAEP de Tipasa, avait invité quelques étudiants de Tipasa, des enseignants, des inspecteurs de l’éducation et des écoliers à cet atelier afin de les imprégner des objectifs tracés pour cet atelier et du futur programme.

Les débats se sont articulés autour de divers thèmes, en dépit d’un timing relativement réduit, pour parler librement de la construction de la culture de la paix, l’ouverture sur le monde extérieur, la maîtrise de l’oralité, la résolution de conflits, le développement de l’éducation citoyenne, l’apprentissage de l’écoute de l’autre sans perdre de vue le sens critique et créatif, et inculquer le respect de l’autre progressivement. Les animateurs avaient mis l’accent sur la présence des adultes de demain, pour qu’ils puissent s’exprimer et être attentifs à la parole  de leurs interlocuteurs.

L’amorce d’une atmosphère démocratique et citoyenne à travers un débat philosophique, une manière de se préparer pour instaurer un climat de tolérance dans le pays au futur.

C’est la finalité recherchée par les universitaires algériens, français et tunisiens, qui avaient encadré cet atelier à Tipasa, surtout proposer des atouts aux écoliers pour vivre autrement dans leur pays. «J’ai imaginé l’atelier comme un orchestre où chaque instrument s’exprime avec ses notes pour faire connaître la musique, déclare l’étudiant Maroc Samy, chaque instrument essaye de s’intégrer dans une ambiance cohérente et harmonieuse, tout en respectant l’air musical produit par les instruments de musique, c’est philosophique n’est-ce-pas», conclut-il.

M'hamed Houaoura
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...