Régions Centre Blida
 

Boufarik

On court vers les cours !

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 01.10.17 | 12h00 Réagissez



A peine la rentrée scolaire 2017/2018 entamée, nombreux sont les élèves ayant un examen à passer à la fin de l’année qui se bousculent pour dénicher les meilleurs professeurs des matières essentielles ayant le plus haut coefficient, telles les maths, physique, comptabilité, philosophie, littérature, langues...Cette année, le phénomène a pris une ampleur sans précédent, la pratique s’est tellement répandue que plus aucun élève ou lycéen ne peut se passer de ces cours, devenus indispensables pour eux.
Même s’ils sont chers, et peu importe l’appartenance sociale de l’élève, ils y ont recours comme s’il s’agissait de la seule et unique planche de salut pour réussir leur scolarité et leurs examens. «Ces cours sont devenus au fil du temps indispensables pour nous les élèves des classes d’examens. Plus de 85% vont vers les cours particuliers quel que soit le prix à payer», confie Mehdi, et d’ajouter : «Malgré que nos profs en classe fassent des efforts considérables pour qu’on comprenne les cours, le recours aux cours particuliers restent indispensables pour nous.» Selon un sociologue, il ne sert à rien d’incriminer seulement les professeurs, car le phénomène est lié au changement de la société, les élèves et leurs parents craignant de plus en plus l’échec. Il explique que la plupart du temps ce «sont les parents, trop occupés, qui n’ont plus le temps de bien suivre leurs enfants qui préfèrent la solution des cours particuliers».
 

T. Bouhamidi
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie