Régions Centre Blida
 

Cnapeste de Blida

Le spectre d'une année blanche à l’horizon

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.01.18 | 12h00 Réagissez


En dépit des intimidations et des menaces, «Ponction sur salaire, avertissement, annulation de la prime de rendement, remplacement,» le Cnapeste de Blida maintient toujours sa grève et reste mobilisé pour  sa cause, car voyant que les cinq semaines de grève du 1er trimestre n'ont donné aucun résultat. Alors, ces derniers ont renoué avec leur mouvement juste après les vacances d'hiver. «On revient bredouilles chaque matin.

Jusqu'à quand va-t-on subir ce calvaire ?»,  vocifère un élève de 2eAS qui arrive de loin.
Quant aux parents, ils sont perplexes et ne savent toujours pas à quel saint se vouer, malgré leur rencontre avec la directrice de l'éducation, ainsi que les professeurs de leurs enfants au lycée. «C'est toujours l’élève qui paie ! Pourquoi cette rupture éducative qui revient chaque année et ensuite on parle de déperdition ?» C'est la question posée par un père désespéré.

 *Cri de détresse des parents d’élèves : cas du lycée Mahi Mohamed

Dans ce contexte, des parents d’élèves du  lycée Mahi Mohamed se sont présentés  à notre bureau  d'El-Watan afin de lancer un cri de détresse à Madame la ministre, en l'informant de l'état de santé de leurs enfants qui est déplorable: «Nos enfants sont abattus, démoralisés et stressés, ils ont perdu le sens de l'enseignement.

Psychologiquement ils sont exténués de cette situation qui perdure depuis déjà 2 mois", confie un des parents, et d'ajouter : «Madame la ministre, respectez le devoir de défendre vos élèves et de trouver vite une solution adéquate à ce conflit entre les deux parties (direction de l'académie et le Cnapeste),  car l’intérêt de nos enfants et leur avenir sont en jeu. En effet, le spectre d'une année blanche plane à l'horizon.»

Beaucoup de sit-in sont organisés devant la direction de l'éducation et le bureau du Cnapeste par les élèves et les parents, afin de crier haut et fort leur désarroi et dire STOP à la grève. Soucieux, certains parents ont jugé nécessaire de faire un transfert de leurs enfants vers des lycées privés afin de sauver leur année scolaire.

Y aura-t-il dénouement de cette situation qui a pris des proportions alarmantes quant à l'avenir de tous les élèves ?

Taleb Badreddine
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...