Régions Centre Blida
 

La nuit, les chiens s’emparent de la ville

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.10.17 | 12h00 Réagissez

A Chebli, la nuit, les chiens aboient… et leur caravane passe, sillonnant la ville et imposant son diktat. Entre la prière d’El Aïcha et celle d’El Fedjr, il est dangereux de rester dehors ou de se déplacer. Les hordes de chiens errants imposent un véritable couvre-feu.

«Les chiens, quand ils sont en groupe, s’enhardissent et attaquent les homme», nous affirme un vétérinaire que nous avons consulté. «Chaque matin, à l’heure de la prière, nous dit un quinquagénaire, je dois ramasser des pierres en sortant de chez moi, pour pouvoir me défendre, en cas d’attaque canine.

C’est un véritable danger !» La nuit, ce sont des dizaines de chiens errants qui squattent la ville, empêchant les citoyens de dormir par leur aboiement ininterrompu et créant un climat d’insécurité. A Khoddem, un quartier situé à l’ouest de la ville de Chebli, les chiens ont pris le stade d’assaut. «A l’aube, on dirait des moutons, tellement ils sont nombreux ! Ils se sont emparés du stade. Ils viennent s’y reposer, après une nuit d’aboiements acharnés. Je vais à la mosquée avec une canne à la main…

On ne sait jamais», nous dit Nasreddine, sur un ton d’auto-dérision mêlé d’inquiétude. Les habitants de Chebli demandent aux autorités locales et au service d’hygiène de procéder à l’abattage des chiens errants pour prévenir les morsures et éviter la rage. Ils aspirent à des nuits calmes et à des rues sécurisées. En attendant, à Chebli, la nuit, les chiens aboient, mais aucune caravane (d’abatteurs de canins) ne passe.
 

M. R.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...