Régions Centre Alger
 

Taxi : La loi des chauffeurs et la détresse des clients

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.07.17 | 12h00 Réagissez

Le nombre de taxis ne cesse d’augmenter dans la capitale, les entreprises munies de radio et d’un numéro de téléphone prennent part au décor urbain, mais les nombreux chauffeurs de taxi que compte la capitale ne sont pas tous logés à la même enseigne.

Pour certains conducteurs, l’appât du gain est plus important que la destination du client. A la place du 1er Mai, les taxis qui stationnent aux abords des arrêts de bus de l’Etusa sont nombreux, mais leurs chauffeurs désirent tous faire une course bien rémunérée. «Pour la plupart d’entre eux, le compteur n’est pas important. Il ne sert qu’à décorer l’intérieur du véhicule. Beaucoup de taxis veulent maintenant prendre un passager et être payé à la course et non au compteur», dit un usager du taxi.

Aussi, certains passagers dénoncent une pratique courante, mais tout aussi inconvenante pour la clientèle. Ainsi la phrase «ce n’est pas ma route» a pris le dessus pour bon nombre de chauffeurs de taxi, et les passagers protestent en affirmant que «cette pratique n’est pas légale». «Un taxi vide est obligé de prendre le client quelle que soit la direction et en utilisant le compteur et non en imposant une tarification à la course», dénonce une dame rencontrée à Bachdjerrah.

A Bab El Oued, lieu de grande affluence en cette période de soldes, la gent féminine qui rentre vers Baïnem et Staouéli a du mal à trouver un taxi. En effet, une mère de famille explique que les taxis qui arrivent pour prendre la clientèle au niveau de Bab El Oued désirent plutôt prendre trois personnes, qu’ils vont conduire vers des endroits différents, mais rapprochés, et revenir vers le centre- ville, plutôt que d’aller à un endroit plus éloigné et prendre le risque de revenir vide. «C’est vraiment intolérable une pratique pareille.

Il faut que les autorités appliquent un contrôle drastique sur ces chauffeurs peu scrupuleux, qui ne sont attirés que par l’argent», s’écrie notre interlocutrice. Un chauffeur affirme, quant à lui, que les conducteurs de taxi ne doivent pas être tous mis dans le même sac. Selon lui, certains chauffeurs ont tendance à profiter de la naïveté du client, ou bien de son empressement pour lui soutirer de l’argent avec le sourire. «Mais il reste encore des professionnels du taxi qui œuvrent à fournir un certain confort et à conduire le client n’importe où au prix du compteur», se défend le chauffeur derrière son volant.
 
 

R. Larbi
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie