Régions Centre Alger
 

Bir Mourad Raïs sous le choc

Quand la catastrophe se transforme en colère

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.08.17 | 12h00 Réagissez

 
	Hier, juste après l’accident à Sidi Yahia
Hier, juste après l’accident à Sidi Yahia

Il est 20h13 quand le centre de coordination des opérations de la Protection civile reçoit un appel informant qu’un éboulement s’est produit au niveau de la cité La Concorde dominant Sidi Yahia.

Les faits sont là et d’après les premières informations, des personnes ont été ensevelies sous des tonnes de terre qui se sont détachées subitement, mais à cause d’un facteur majeur qui a joué en la défaveur des habitants de la cité en hauteur. Selon les dires des habitants de la cité, cet accident a été causé par les nombreux coups d’excavateur d’un promoteur immobilier qui voulait construire sur ce terrain un immeuble à plusieurs niveaux.

La paroi étant meuble, elle a fini par céder après les nombreuses pelletées des excavateurs. Durant l’intervention des pompiers sur les lieux du drame, des habitants se sont également portés volontaires dans le but de prêter main-forte aux sapeurs- pompiers, qui étaient à la recherche de survivants. Rapidement, deux personnes ont été retrouvées, un enfant de 10 ans et un homme de 45 ans. Les deux victimes ont été transférées à l’hôpital Mustapha Pacha. Mais durant l’intervention des pompiers, des personnes ont trouvé plus judicieux de s’en prendre a une excavatrice, une personne a également eu l’idée d’y mettre le feu, ce qui a transformé l’opération en sauvetage à haut risque, en raison des nombreux fluides qui auraient pu rapidement aggraver la situation. Nous nous trouvons au niveau du rond-point, non loin des cafés et autres terrasses. Le périmètre est bouclé par la police, la brigade anti-émeute est sur place pour éviter tout débordement. A côté des tours AADL, au ravin de Sidi Yahia, des jeunes ont bloqué la route, des vidéos amateurs sur le réseau social favori, des jeunes et des moins jeunes montrent des scènes de guerre urbaine.

La police reste en position statique, quand soudain des jeunes commencent à lancer après les sacs-poubelle, des pierres, des fusées et des signaux sur la foule. Un mouvement de panique s’est rapidement déclenché et les gens essayent de se cacher la tête pour éviter les nombreux débris et autres artifices qui volent.   

La police réplique avec des flash ball pour essayer de disperser la foule mais la tâche s’avère ardue. Certains habitants, très en colère, que nous avons rencontrés entre deux feux, rapportent que la situation aurait dû être réglée il y a une année déjà, au moment où les premières pétitions ont été envoyées au niveau du siège de l’APC. Des rencontres ont également été demandées par les habitants pour rencontrer le président de l’APC, à savoir M. Zikem, pour qu’il prenne les choses en considération, «mais depuis une année notre combat avec l’ensemble des voisins s’est avéré vain et le résultat est là», s’exclame à haute voix un habitant de la cité. Les recherches qui se sont poursuivies toute la nuit ont vu l’intervention de l’unité canine et de celle de grimpe.

Selon le lieutenant Khaled Ben Khelfellah, chargé de la communication à la Protection civile de la wilaya d’Alger,  plusieurs unités sont mobilisées afin de trouver au plus vite des survivants, «après l’intervention de l’unité de Bir Mourad Raïs, nous avons rapidement fait intervenir l’unité portuaire, l’unité d’El Mouradia, ainsi que l’unité N1 de Zmirli. Avec l’ensemble des hommes présents et des chiens entraînés pour retrouver des vies humaines sous des gravats ou, comme en ce moment, sous des tonnes de terre, nous espérons rapidement retrouver d’autres survivants. Par ailleurs l’unité de grimpe a réussi à sauver 4 moutons», précise notre source.  
Présent également sur place, le président de l’APC a déclaré à la presse que le propriétaire des lieux a tous ses papiers en règle, «mais nous avons par ailleurs envoyé plusieurs mises en demeure et nous avons aussi demandé à ce qu’il renforce rapidement le terrain», dit M. Zikem, il précise aussi que le terrain a été accordé au promoteur en 2006 comme dédommagement. Mais ce qui est tout d’abord constaté au premier regard, c’est tout simplement l’absence de plaque sur la quelle doit être mentionné le nom de l’entrepreneur, le type de chantier, les délais de réalisation, le numéro du permis de construite et autres détails.

La colère gronde sur les lieux. Après 23h, on apprend que le second enfant de 8 ans est mort à l’hôpital. A ce moment-là, la panique a repris le dessus, les brigades antiémeute étaient sur leurs gardes, jusqu’au moment où des engins pyrotechniques ont commencé à être lancés depuis le haut de la montagne.  Rapidement sur les lieux du drame, Kies Benamer, nouveau wali délégué de la circonscription administrative de Bir Mourad Raïs, a essayé de calmer les esprits. Son intervention était plus penchée sur l’effort d’apaiser la forte tension qui régnait. Ce dernier a également déclaré que l’accident qui vient de se dérouler est quelque chose de grave qu’il faut éviter à l’avenir. «Nous allons par ailleurs nous saisir du dossier du propriétaire des lieux afin de voir si tous ses papiers sont en règle, nous allons dès demain les retrouver, soit au niveau de l’APC, soit à la daïra, soit à la wilaya, nous allons tout passer en revue.

Par ailleurs, nous avons saisi le procureur du tribunal de Bir Mourad Rais, localisé à Saïd Hamdine, afin que l’affaire soit suivie en justice. Nous laissons d’abord la police scientifique faire son enquête, puis les détails seront transférés au niveau du tribunal, à ce moment la justice devra continuer notre travail», précise M. Benamer.  Tard dans la nuit, les esprits se sont calmés, et par miracle deux survivants ont été retrouvés, «un enfant de 3 ans et un jeune homme de 21 ans. L’ensemble des victimes n’ont eu que de légères blessures et des problèmes respiratoires, ils sont rapidement retournés à leurs domiciles», conclut le lieutenant Ben Khelfellah.
 

Rachid Larbi
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...