Régions Centre Alger
 

Saison estivale

Où vont les familles algéroises ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 06.08.17 | 12h00 Réagissez

 
	Les plages restent les endroits les plus fréquentés par les familles
Les plages restent les endroits les plus fréquentés par les...

Avec l’arrivée de la saison des chaleurs et des grandes vacances d’été, les Algérois profitent de ces quelques moments de répit pour sortir s’amuser, même s’il reste à l’esprit qu’il ne faut pas trop dépenser d’argent car les temps sont particulièrement durs.

Ainsi, les plages avec les nouvelles lois instaurées par l’Etat, attirent aujourd’hui un nombre croissant de plaisanciers. Les plages au sable doré, à l’instar de celle d’El Kadous, attirent les familles à la recherche de sécurité, de convivialité et de calme. L’important dispositif de sécurité, qui vise aussi à éradiquer les gardiens de parking qui n’hésitent pas à extorquer aux familles qui viennent pour passer une journée au bord de mer le maximum d’argent en prétextant avoir gardé la voiture entre de bonnes mains.

Ces mêmes mains s’avèrent parfois baladeuses et pillent les véhicules si le propriétaire a eu la ma-ladresse de laisser quelque chose en évidence. De ce fait, la gendarmerie veille au grain et les baigneurs profitent de leur journée sans craindre pour leur automobile, et c’est visible à travers les 72 plages dans la capitale.
La baignade, qui est la référence surtout en cette période de fortes chaleurs, donne des idées plus chic à une autre classe sociale. Aujourd’hui, les piscines privées, comme le grand complexe de Bordj El Kiffan, qui porte le même nom captive des milliers de jeunes et de familles.

La jeunesse dorée vient s’y dorer, filles et garçons y viennent pour remarquer, observer, et pour finir obtenir le fameux numéro de téléphone qui aura demandé tant d’efforts. Ceci dit, l’atmosphère reste relativement bon enfant, et à la fin de la journée tout ce petit monde repart avec de bons souvenirs en tête et une peau à la limite de la brûlure. D’autres lieux de baignade, comme les piscines de la Promenade des Sablettes attirent aussi bon nombre d’estivants. L’entrée à 1000 DA pour les adultes et 500 DA pour les enfants est accompagnée d’un assortiment de règles aussi variées que le menu d’un restaurant digne de ce nom. Mais certaines personnes qui y sont allées cet été ne pensent pas revenir.

«Même si l’entrée est à 1000 DA, les jeunes qui y viennent n’inspirent pas confiance et nous avons aussi remarqué que le taux de fréquentation pour cette année est moindre que l’année précédente», nous a informés une mère qui s’y est rendue. Pour d’autres personnes, la baignade rime avec grande classe et exhibitionnisme, les grands hôtels au nombre d’étoiles indéfini ont ouvert les portes de leur piscine au public, ceci dit, l’accès reste relativement élevé, et seules certaines personnes au porte-monnaie bien fourni peuvent s’y rendre sans se soucier de la somme qu’ils auront donnée pour une journée de bronzette.

En seconde position sur le podium et talonnant les plages et les piscines, on retrouve les forêts. Le domaine forestier de Bainem, avec ces magnifiques eucalyptus qui trônent majestueusement sur le massif montagneux tout en surplombant la mer en contre bas, fait venir des familles à la recherche de repos en plein air, loin du vacarme de la ville et des klaxons qui bourdonnent à l’oreille. Les cris des jeunes enfants qui courent entre les arbres donnent un sentiment d’une soirée bien réussie.

Des jeunes aussi y viennent, certains profitent du cadre pour jouer une bonne musique chaâbie, tout en profitant d’un barbecue convivial, d’autres jouent à la pétanque. Il fait chaud! mais les arbres rafraîchissent l’atmosphère. Le parc forestier de Bouchaoui est aussi un lieu de détente et de villégiature pour de nombreuses personnes. Le café à l’entrée attire de nombreuses personnes, femmes et hommes y viennent pour déguster un bon thé, un café, lire le journal et jouer aux dominos, ceci sous les arbres, à l’abri du soleil.

Egalement, pour ceux qui veulent s’attabler, dans un cadre plus new age, des endroits dits salons de thé et où on sert plus que du thé foisonnent à Alger, le dernier en date, qui porte le nom d’une ville américaine, attire la jeunesse dorée algéroise. La musique y est bonne, le cadre donne un semblant d’évasion, même si après avoir quitté les lieux la dure réalité reprend le dessus.
 En queue de peloton, on retrouve les lieux d’attractions. L’esplanade de Riyad El Feth attire les enfants qui traînent avec eux leurs parents pour jouer sur des attractions diverses. Toujours à Riad El Feth, l’esplanade Agora ne désemplit pas.

C’est le lieu rêvé pour faire du skateboard et jouer aux patins à roulettes. Les chutes sont fréquentes, mais les parents sont là pour calmer les petits bobos. Pour profiter des vacances, il faut créer sa propre distraction, septembre approche et la rentrée sociale rimera avec travail, pour bien débuter l’année sociale, se détendre et faire abstraction des tracas reste le meilleur remède pour avoir un été parfait.

 


 

Rachid Larbi
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie