Régions Centre Alger
 

Nouvelles cités de la capitale

Où en sont les projets de prise en charge des jeunes ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.03.18 | 12h00 Réagissez

 
	Quelques cités de la capitale offrent aux jeunes des endroits de détente
Quelques cités de la capitale offrent aux jeunes des endroits de...

La prise en charge des jeunes dans les cités est un moyen pour éviter, à l’avenir, les problèmes de délinquance.  

La réalisation de structures pour la prise en charge des jeunes en matière de sport et d’activités culturelles est une démarche qui aura le mérite d’éviter beaucoup de problèmes dans les cités nouvellement réalisées, notamment ceux ayant trait à la violence urbaine et à la délinquance en général.

La plupart des nouvelles cités de la capitale sont dépourvues de structures devant offrir aux jeunes une prise en charge dans le domaine des activités récréatives et de loisirs éducatifs, telles que les maisons de jeunes, les centres culturels ou encore les salles dites polyvalentes, particulièrement dans les cités nouvellement réalisées.

A Ouled Chebel, les jeunes sont livrés à eux-mêmes. Aucun établissement dédié aux activités de loisirs éducatifs n’a été construit dans cette localité semi-rurale, et ce, en dépit des multiples opérations de relogement qui ont été menées par la wilaya, notamment au niveau de la nouvelle cité du nom de Chaibia.

Dans cette cité, des parcelles de terrain ont été réservées par les pouvoirs publics pour la réalisation d’équipement publics. «Ces parcelles ont étés réservées pour la construction d’un centre de santé, d’un bureau de poste et d’une antenne administrative. S’agissant des activités culturelles, les pouvoirs publics ont réservé un lot de terrain pour la réalisation d’une salle de sport. Cependant rien n’a été fait. La cité ressemble à un grand dortoir où les gens rentrent en fin de journée pour dormir», confie un jeune.

Depuis la dernière opération de relogement qui a concerné un millier de familles, aucune démarche, visant à soustraire les jeunes de la cité à la rue, n’a été entamée. Les parcelles de terrain dégagées pour accueillir des équipements publics sont restées vides. A Souachet, à l’est de la capitale, la nouvelle cité qui a accueilli également des bénéficiaires de logements dans le cadre des opérations de relogement menées jusqu’ici par la wilaya, depuis 2014, est totalement dépourvue de ce genre de structure.

Hormis une école primaire et un CEM, aucune salle pour la pratique sportive ou centre culturel, n’a été réalisée. «Il est vrai que les pouvoirs publics ont réglé un grand problème, en l’occurrence celui du logement. Cependant, il faut essayer d’anticiper les problèmes qui peuvent surgir à l’avenir au niveau des cités nouvellement réalisées. Je veux parler des problèmes de la délinquance des jeunes.

Ces derniers ne doivent pas passer le plus clair de leur temps dans les espaces communs aux immeubles ou dans les entrées des cages d’escalier. Ces jeunes doivent êtres encadrés dans des activités de loisirs éducatives et récréatives, c’est-à-dire dans des maisons de jeunes, centres culturels ou encore dans des salles dédiées à la pratique du sport», confie un habitant de la cité. Et de conclure : «On doit éviter le scénario de Aïn Malha, où des groupes de jeunes se livrent des batailles rangées. Les pouvoirs publics doivent trouver des solutions en amont à ce genre de problèmes.»
 

Saci Kheireddine
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie