Régions Centre Alger
 

Manque de moyens de transport

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.06.17 | 12h00 Réagissez

Le premier jour de l’Aïd a été marqué par un manque flagrant en moyens de transport.

Les autorités et plusieurs syndicats des commerçants et des transporteurs s’étaient pourtant engagés à assurer la continuité des services. Mais, encore une fois, les mauvaises habitudes ont repris le dessus, au grand dam des habitants de la capitale qui se sont rabattus sur les taxis clandestins. Ces derniers, profitant de la situation, ont imposé des tarifs exorbitants. Les localités de l’est de la capitale sont celles qui ont souffert le plus de cette situation. Les bus qui assurent le transport entre Dergana et la station de bus de Tafourah ont déserté les quais. Par ailleurs, les dessertes entre les cités et les quartiers se trouvant tout au long du littoral n’ont pas fait leur travail, avons-nous constaté. La rareté du transport a été constatée également au niveau du centre-ville de la capitale vers les hauteurs d’Alger. Certaines lignes étaient perturbées ou très mal desservies, d’autres n’étaient pas du tout assurées. Pour se déplacer d’une cité à une autre, certains citoyens ont attendu des heures durant, d’autres étaient obligés de carrément rebrousser chemin ou prendre un taxi clandestin au prix fort. Outre l’absence de transport, la plupart des commerces ont fermé boutique durant le premier jour de l’Aïd.
Les citoyens ont trouvé beaucoup de difficultés pour s’approvisionner en pain et en lait et autres produits alimentaires de première nécessité.

Certains boulangers ont joué leur rôle, notamment dans les quartiers du centre-ville où les commerçants ont répondu favorablement à l’appel des pouvoirs publics. Ils ont assuré le service durant ces deux derniers jours de l’Aïd. L’implication du citoyen dans la prise de décision le concernant peut aboutir à un strict respect de l’autorité de l’Etat. Aussi, la conscience professionnelle de certains commerçants a été un facteur prépondérant dans l’ouverture de leur commerce durant la période de fête. Ce n’est hélas pas le cas de tous les commerçants.
 

Saci Kheireddine
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie