Régions Centre Alger
 

Transport en commun à Réghaïa

Les stations du chef-lieu mal gérées

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.05.17 | 12h00 Réagissez

 
	Chaque soirée est présentée sous un thème déterminé
Chaque soirée est présentée sous un thème...

Les stations de transport urbain à Réghaïa ne sont pas gérées de manière organisée. Les usagers et les propriétaires de bus se plaignent de plusieurs insuffisances. Signalons que la commune de Réghaïa dispose de quatre stations de transport urbain.

Hormis celle qui se trouve à la sortie sud de la ville et qui a été récemment réalisée, toutes les autres stations sont situées dans des endroits qui ne conviennent pas. La plus grande station à Réghaïa se trouve à l’entrée de la ville, sur l’artère principale, en l’occurrence la RN5. Elle dispose de quelques abribus, dont l’emplacement gêne énormément les habitants des immeubles avoisinants. «Le vacarme et l’anarchie engendrés quotidiennement par les bus a altéré notre cadre de vie.

Dès les premières heures du matin, les cris des receveurs, incitant les usagers à monter dans les bus et le ronflement des moteurs nous obligent à nous lever. Nous vivons au rythme des injures et de la pollution sonore. L’emplacement de cette station doit impérativement être revu», confie un habitant du quartier.

En continuant sur le prolongement de l’artère principale, une autre station a été improvisée dans une cour d’immeubles. Les habitants de cette cité se plaignent continuellement de l’anarchie que les bus engendrent dans leur lieu d’habitation, «il faut délocaliser la station, car elle est située au milieu d’une cité d’habitation.

Nous sommes contraints de supporter le vacarme et les insanités des vendeurs à la sauvette qui fréquentent la station», déplorent les habitants. Les bus qui desservent les localités de Aïn Taya et de Heuraoua ont été installés, quant à eux, à proximité du stade communal. En l’absence d’un espace pouvant contenir tous les bus, ces derniers stationnent en dehors de la station et gênent la circulation routière.

La station manque par ailleurs de commodités, telles que les abribus et les toilettes publiques. Outre ce problème, les vendeurs informels envahissent les abords de la station, lui conférant ainsi des allures de marché. Le déplacement des usagers et des bus est rendu difficile par les étals de fortune des commerçants.

K. S.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie