Régions Centre Alger
 

Leur nombre s’accroît dangereusement

Hordes de sangliers dans l’ouest de la capitale

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 19.07.17 | 12h00 Réagissez

Plusieurs localités de la capitale, celles de l’ouest en particulier, sont envahies par des hordes de sangliers. Le phénomène qui a pris, ces dernières années, des proportions croissantes, inquiète les habitants de ces localités, qui craignent pour leurs enfants.

Que ce soit à Tixeraïne, à Aïn Naâdja, à Oued Romane ou à Draria, ce sont les écoliers qui sont les plus exposés au risque de se faire attaquer par les meutes de sangliers et de marcassins, qui sortent non seulement de nuit, mais également de jour. «Les autorités locales doivent trouver rapidement une solution pour ce problème, car il est question de préserver nos enfants d’un danger avéré», confie un habitant de Oued Romane, dans la commune d’El Achour, où «des adultes ont été attaqués. Il s’en est fallu de peu pour que l’irréparable se produise», ajoute-t-il.

Les localités qui sont les plus touchées par la prolifération des sangliers sont celles qui se trouvent aux abords des bois et des forêts.
Attirés par les restes de nourriture dans les niches à ordures, les sangliers sortent des bois pour s’alimenter, «il arrive souvent sur le chemin de l’école, que des élèves rencontrent des meutes de sangliers. Pour se protéger ils fuient ou grimpent sur les arbres», raconte un père de famille, «nous lançons un appel aux autorités concernées par ce problème afin qu’elles interviennent en jugulant la propagation de ces animaux nuisibles».

A Aïn Naâdja, le phénomène est plus inquiétant qu’ailleurs, car les sangliers ont pris l’habitude de fouiner dans les niches à ordures, qui se trouvent tout près des immeubles. «La nuit quand je dépose le sac poubelle dans le bac à ordures, je suis surpris par le nombre de sangliers adultes et de marcassins qui fouillent dans les poubelles. Il arrive que je rebrousse chemin immédiatement. Limiter le nombre de ces animaux nuisibles est une urgence. Les autorités locales doivent trouver une solution», soutient un habitant de Aïn Naâdja. 
 

K. S.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...