Régions Centre Alger
 

Cortèges nuptiaux

Des motards sèment la terreur

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 08.08.17 | 12h00 Réagissez

 
	 
	 Les deux-roues pour encadrer 
	les cortèges des mariés
 Les deux-roues pour encadrer les cortèges des...

Les cortèges nuptiaux deviennent de plus en plus exubérants, mais surtout  violents, anarchiques et dangereux.

La principale cause n’est autre que le recours à des motos pour accompagner la voiture des heureux mariés. Le cortège nuptial devient ainsi presque un cortège officiel auquel il faut libérer la route.

Faute de quoi, les motards, souvent des petits jeunes, s’en occupent en procédant, dans l’impunité la plus totale, à l’intimidation des automobilistes. Les exemples sont légion. A Alger, les habitants assistent impuissants à ces scènes, tout compte fait, délibérément autorisées par les services de sécurité. «Avant, c’était les supporters qui avaient le feu vert pour commettre toutes les imprudences et les infractions lorsque leur club gagne. Actuellement, on ajoute les cortèges nuptiaux», s’indigne un habitant d’Alger-Centre. En cette fin de semaine, au boulevard Mohammed V, un cortège accompagné d’une vingtaine de motards avait bloqué toute la voie automobile.

Munis d’une alarme très forte, les accompagnateurs indélicats du nouveau couple se sont approprié la route, personne ne peut doubler, ceux à l’avant étaient contraints de stationner et laisser la «caravane» passer. L’excès de vitesse et les manœuvres dangereuses pour attirer l’attention des badauds sont inévitables.

De nombreux accidents sont enregistrés, les jeunes motards en paient souvent les frais, mais parfois ce sont des piétons qui sont victimes de la folie  «exhibitionniste» des conducteurs. Selon nos sources, ces jeunes motards ne sont, dans la plupart des cas, pas payés pour accompagner les cortèges. Ils viennent pour rendre service à l’un d’entre eux, chargé à son tour par la famille du marié de trouver des motocycles pour orner et ébruiter le cortège. «Chacun rend service à l’autre, on forme une sorte de bande dans le but de mettre de l’ambiance au cortège», nous dira un motard, affirmant qu’il ne touche pas d’argent en contrepartie de sa présence.

Il concède toutefois que «les accidents dus à la vitesse sont fréquents», pourtant «au départ, l’on s’entendait pour qu’il n’y ait pas de dépassements». «Nous venons pour égayer encore davantage la fête et non pas la gâcher», affirme-t-il. Hélas, des scènes horribles d’accidents mortels impliquant parfois même la voiture des mariés sont signalés ça et là.

Il y a quelques jours, la voiture ornée de fleurs devant transporter de nouveaux époux a dérapé dans la descente de l’hôtel El Aurassi à cause de l’excès de vitesse. En plus des motards, les conducteurs des autres voitures du cortège jouent à leur tour aux gangsters.
Sur l’autoroute et en ville, l’on assiste à des actes dignes des scènes hollywoodiennes. Le seul argument est celui d’exprimer sa joie à l’occasion du mariage d’un proche ou d’un ami. Mais si les services de sécurité intervenaient systématiquement et châtiaient sévèrement ce genre d’infractions, va-t-on voir ce phénomène se banaliser ?
 

Djamel G.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...