Régions Centre Alger
 

Dernières nuits avant l’Aïd : L’heure est aux achats

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 21.06.17 | 12h00 Réagissez

 
	L’ambiance de l’Aïd a commencé et les parents sont à l’affût des bonnes affaires
L’ambiance de l’Aïd a commencé et les parents...

Si les années précédentes, c’était la mode des shorts en jean, cette année la tendance semble avoir changé. Les enfants pressent leurs parents pour un modèle de baskets bien précis.

La fin du mois sacré rime comme chaque année avec achats et préparation de gâteaux traditionnels. Les parents quittent les lieux de plaisir et de détente qu’ils occupaient chaque nuit durant tout un mois pour rejoindre les centres commerciaux et les zones marchandes, à l’instar du centre-ville de la capitale, où les magasins sont nombreux, ou bien dans d’autres zones où, également, les points de vente de vêtements sont nombreux avec des marchandises diverses et des prix parfois qualifiés d’«exagérés».

Tout d’abord, il faut commencer par les enfants, qui, chaque année, ont des critères bien précis. Si les années précédentes c’était la mode des shorts en jean, cette année la tendance semble avoir changé. Les enfants pressent leurs parents  pour un modèle de baskets bien précis. Un père de famille, rencontré dans un magasin de chaussures à la rue Larbi Ben M’hidi, explique cette nouvelle mode qui semble venir des quartiers chics, mais que les bourses à budget réduit ne peuvent garantir.

Nous questionnons Mustapha sur ce modèle-là et son prix. «Je n’arrive pas à comprendre, les enfants cette année parlent tous de Air Max et Araignée, mais le détail qui tue est sans aucun doute le prix, car c’est une demande particulière, mon fils m’a dit, je veux une Air Max de 17 000DA», dit-il et nous éclatons de rire avec lui. «C’est impossible de satisfaire des demandes pareilles, nos enfants suivent des modèles de personnes qui ont la politique de leurs moyens, qui sont dans le business, dans le trafic et les envies des enfants ne cessent d’augmenter, un jour je veux une tablette, un jour pour ma sixième je veux un téléphone.

C’est devenu incroyable et choquant.» D’autres parents rencontrés disent la même chose. Autre observation pour cette année, c’est la coiffure à adopter. Si pendant de nombreuses années les jeunes enfants s’astiquaient les cheveux avec juste une poignée de gel qu’ils redoraient à chaque instant pour paraître un chwia plus beaux, aujourd’hui on demande aux coiffeurs de tracer d’un côté ou d’un des deux ou même faire tout un tour, la fameuse ziga qui nous vient de chez Cristiano et autres stars du ballon rond.

Pris comme modèle que les jeunes imitent, ces stars du foot n’ont pas fini des tendances et des coiffures parfois belles, parfois classe et parfois ridicules, mais l’envie d’être beau est plus forte. Pour les filles, les choses ne changent pas ou presque. Dans les rues piétonnes, les magasins et autre boutiques vendent les mêmes habits. Les robes, les chaussures noires brillantes avec des bas en dentelle sont toujours là. Les jeans et les t-shirts également. Pour la coiffure, «un simple serre-tête fera l’affaire», dit Hassiba dans un magasin de la rue Hassiba.

Une petite fille fait un commentaire terriblement drôle. Cette fillette de 8 ans en veut un nouveau et on lui demande pourquoi elle veut un nouveau ? «Je suis grande maintenant et plus on grandit et plus l’argent sera important, donc pour l’Aïd je veux un sac plus grand pour cacher mon argent», répond-elle avec le sourire et une dent en moins. Pour les mamans, les achats à faire s’orientent plutôt vers tout ce qui est farine, semoule, beurre, chocolat et bien sûr les amandes pour préparer des gâteaux aussi beaux que sucrés que nous dégusterons le jour de l’Aïd avec un bon café.

«Avant d’acheter, il faut savoir ce qu’on veut, pour les makroutes, il faut une semoule ni trop fine ni trop grosse, pour le tcharek m’saker, il faut trouver également le bon dosage afin de garantir un fondant dans la bouche incomparable.» L’autre ingrédient primordial, c’est le miel, les ventes n’ont jamais été aussi grandes qu’en cette période pour les magasins spécialisés dans les ingrédients.

Les femmes achètent de grosses quantités, parfois même des sacs de farine de 50 kg.  L’ambiance de l’Aïd commence à sortir du placard, les parents sont à l’affût des bonnes affaires, les commerçants guettent les parents et les programmes TV commencent à s’éteindre.    

Rachid Larbi
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie