Régions Centre Alger
 

24 heures

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.07.17 | 12h00 Réagissez


- Téléphérique de Bologhine :  Immobilisé depuis plusieurs années

Depuis plusieurs années, le téléphérique est à l’arrêt. Ce moyen de locomotion qui relie la zone urbaine  Bologhine- Notre-Dame d’Afrique est inopérationnel. Les usagers n’ont de cesse de s’interroger sur les raisons de cette mise hors service, sachant que ce moyen de transport en commun est indispensable pour nombre d’entre eux.

«Nous avons nos petits  enfants qui veulent profiter des plages à Bologhine, en cette période de canicule, mais nous sommes contraints de rallier Bab El Oued par bus au lieu de regagner à partir des hauteurs le littoral», disent indignés certains parents. Aussi, lors de la saison scolaire, notamment en hiver, certains écoliers et collégiens sont privés de ce moyen de locomotion par câble qui, au demeurant, reste pratique.

«Nous espérons toutefois que le département du transport, l’Etusa en l’occurrence, prenne en charge ce problème à bras-le-corps et remette en service ce moyen de locomotion», poursuivent-ils. Rappelons que ce téléphérique a connu plusieurs pannes depuis sa mise en exploitation.

- Tixeraïne : Les habitants se demandent où sont les bennes à ordures

En cette période de fortes chaleurs, les ordures ménagères se désagrègent rapidement, engendrant une prolifération rapide des odeurs, une augmentation  d’insectes qui transmettent des maladies. A Tixeraïne, les habitants de cette grande localité se demandent où sont passés les nombreux bacs à ordures. A travers les rues, le constat est alarmant, les ordures ménagères s’entassent, formant des talus un peu partout, attirant des animaux errants comme les chiens et les chats et parfois même les sangliers qui sortent de la forêt du parc.

Les quelques bennes qui subsistent débordent et les éboueurs se retrouvent rapidement dépassés. Un habitant de  Bab El Oued explique que le mur de la nouvelle zaouia est devenu un lieu d’une décharge à ciel ouvert. «Avec cette chaleur, les odeurs envahissent les habitations et les moustiques pullulent», dénonce-t-il.  Non loin de la coopérative El Baraka, une plaque mise par l’APC de Bir Mourad Raïs déclare décharge interdite, mais faute de lieu de décharge, les habitants jettent leurs ordures devant la plaque.

 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...