Régions Centre Alger
 

24 heures

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.08.17 | 12h00 Réagissez


- Zéralda : Une bande de faux-monnayeurs démantelée par la Gendarmerie

La brigade de la Gendarmerie nationale de Zéralda a procédé au démantèlement d’une bande de faux-monnayeurs activant dans les communes de la capitale, notamment à Zéralda, a affirmé la chargée de communication et des relations publiques du groupement territorial de la Gendarmerie nationale à Alger, le lieutenant Souad Ounis.

«Sur la base d’informations faisant état de la mise en circulation de faux billets par un groupe d’individus âgés d’une vingtaine d’années au niveau du complexe touristique de Zéralda, les services de la Gendarmerie nationale ont pu arrêter les mis en cause après d’intenses investigations», a indiqué mardi le lieutenant Souad Ounis dans un point de presse au siège de la brigade de la Gendarmerie nationale à Zéralda.

Elle a précisé que «les malfaiteurs ont été arrêtés le 4 août à minuit, au niveau du complexe, en flagrant délit, ajoutant que le cerveau de la bande a été intercepté dans la commune de Dar El Beïda». «Suite aux opérations de perquisition dans les appartements des mis en cause, des liasses de faux billets ont été retrouvées ainsi que des appareils utilisés dans cette activité illégale», a indiqué Mme Ounis, rappelant que les accusés seront présentés à la justice après l’achèvement de la procédure de l’enquête.

- Lot Abane Ramdane  : Manque de transport

Le tronçon de route qui mène de Hammadi au quartier Abane Ramdane, dans la commune de Dar El Beïda, finit son cheminement aux abords des ateliers d’Air Algérie. Les automobilistes ne peuvent pas aller au-delà de cette limite. A Abane Ramdane, il y a une entrée et pas de sortie. Pour effectuer le moindre déplacement, les habitants font appel aux services des taxis clandestins.

En l’absence de tout moyen de transport, ces derniers imposent aux usagers des tarifs exorbitants. «L’absence de bus nous oblige à prendre des taxis clandestins qui imposent leurs tarifs. On est obligés de les prendre, car on n’a pas le choix», confie un habitant du quartier. Et d’ajouter : «Il faut créer des lignes de transport entre notre quartier et les localités avoisinantes, telles que Hammadi, Rouiba et Réghaïa.»
 

 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...